L’armée va mobiliser "une cinquantaine de spécialistes" pour déployer "dix lits de réanimation" en Martinique, assure l'armée

Parmi les spécialistes mobilisés notamment : des médecins réanimateurs.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des sapeurs-pompiers apportent une civière devant une tente servant à accueillir les malades du Covid-19 en détresse respiratoire devant l'hôpital Pierre Zobda-Quitman de Fort-de-France le 30 juillet 2021. (LIONEL CHAMOISEAU / AFP)

La situation sanitaire est dramatique en outre-mer et notamment en Martinique, soumise à un confinement dès vendredi 30 juillet au soir et pour trois semaines. Le service réanimation de l'hôpital de Fort-de-France est déjà saturé. L’armée a été appelée en renfort. "Dix lits de réanimation" vont être déployés au centre hospitalier de Fort-de-France, assure, sur franceinfo, le porte-parole du chef d’état-major des armées. Le colonel Pascal Ianni explique par ailleurs qu’au total, une cinquantaine de spécialistes, dont des médecins réanimateurs, vont être mobilisés, sans mettre en péril les opérations extérieures en cours, au Sahel ou au Levant.

franceinfo : Quel dispositif l'armée française va-t-elle envoyer en Martinique pour soulager le système de santé sur place ?

Les armées françaises vont profiter dans les prochains jours du fret médical et des spécialistes pour pouvoir armer une capacité de dix lits de réanimation au sein du centre hospitalier de Fort-de-France. Ce déploiement s'effectuera en deux temps. Un premier temps, le 2 août, où nous allons projeter tout le matériel avec une première série de 36 spécialistes. Et puis un complément le 7 août, avec le reste des spécialistes. L'objectif, c'est que l'ensemble soit pleinement opérationnel à partir du 8 août.

Combien de militaires sont-ils mobilisés au total sur ces opérations ?

Le déploiement de dix lits de réanimation en Martinique mobilise une cinquantaine de spécialistes, dont des médecins spécialisés en réanimation, qui est une ressource très rare puisque nous en avons également besoin sur les théâtres d'opérations extérieures mais aussi pour faire fonctionner les sept hôpitaux militaires de France. Pour vous donner un autre ordre d'idées, nous avons engagé un module de réanimation en Guyane pendant deux mois, entre mai et juillet. Il a accueilli une cinquantaine de patients et a mobilisé entre 50 et 60 spécialistes militaires. Donc nous sommes pleinement mobilisés, mais nous sommes également mobilisés en opérations extérieures, que ce soit au Sahel, au Levant ou ailleurs.

Participez-vous également aux campagnes de vaccination ?

Oui, bien sûr. Grâce aux armées, à peu près 9 000 Français ont été vaccinés, avec la mise en œuvre de onze centres de vaccination, dont sept dans les hôpitaux militaires, l'École militaire de Lyon, et trois pôles militaires de vaccination organisés sur le territoire français. Donc les armées sont pleinement mobilisées pour participer à la campagne de vaccination. Et au sein même des armées, la campagne de vaccination est en cours, puisque nous avons adapté notre calendrier vaccinal aux préconisations gouvernementales. Et comme l'une des particularités des armées est d'avoir une population jeune, nous n'avons pas été parmi les premiers à être vaccinés. Aujourd'hui, environ 30 % du personnel du ministère des Armées dispose d'un schéma vaccinal complet et 40 % bénéficie d'une première injection, donc c'est une courbe très ascendante.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.