En Gironde, un officier de gendarmerie relevé de son commandement pour refus de vaccination

Le fonctionnaire a été sanctionné de dix jours d'arrêt puis muté à Paris "sur un poste où il n'est plus en contact avec le public".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des gendarmes en service, le 2 mars 2021 à Carbon-Blanc (Gironde). (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Sanction immédiate. Un chef d'escadron commandant la compagnie de gendarmerie de Langon (Gironde) a été relevé de son commandement opérationnel et muté "sur un poste" sans "contact avec le public" pour un refus de vaccination contre le Covid-19, indique vendredi 3 décembre la gendarmerie à l'AFP. 

A la tête d'un effectif de 150 gendarmes, cet officier supérieur de 32 ans a été d'abord sanctionné de dix jours d'arrêt puis muté vers la Direction générale de la gendarmerie à Paris, "sur un poste où il n'est plus en contact avec le public" a indiqué la gendarmerie en Gironde, confirmant une information du journal Sud Ouest. Cette sanction liée à un refus de vaccination est "un événement rare" dans la gendarmerie car celle-ci est "peu confrontée au problème", a ajouté la même source.

Depuis le 15 septembre, les gendarmes affectés sur le terrain ou au contact du public doivent être complètement vaccinés contre le Covid-19, selon une note de la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN) consultée par l'AFP. Selon Sud Ouest, une nouvelle cheffe d'escadron de la compagnie de Langon a été nommée et prendra ses fonctions début janvier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.