Covid-19 : dix lits de réanimation supplémentaires vont être déployés aux Antilles "à compter de la mi-août", annonce Jean Castex

Cette annonce du Premier ministre porte à 20 le nombre de lits supplémentaires déployés dans l'archipel, confronté à un rebond de l'épidémie. 

Un lit d\'hôpital au CHU des Abymes, en Guadeloupe, le 9 avril 2021.
Un lit d'hôpital au CHU des Abymes, en Guadeloupe, le 9 avril 2021. (CEDRICK ISHAM CALVADOS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le gouvernement réagit face à "la gravité de la situation" dans les Antilles. En raison du rebond de l'épidémie de Covid-19 dans l'archipel, le Premier ministre a annoncé, mardi 3 août, le déploiement de dix lits supplémentaires par le service de santé des armées (SSA) "à compter de la mi-août, pour atteindre un total de 20 lits de réanimation supplémentaires aux Antilles". Cinq lits supplémentaires sont "déjà opérationnels" et cinq autres le seront le 8 août, précise Matignon, alors qu'un confinement est en place depuis vendredi en Martinique et qu'une mesure similaire entrera en vigueur mercredi en Guadeloupe. Ce direct est désormais terminé.

 Retour du masque obligatoire dans 22 communes du Finistère. Pour contrer la recrudescence de l'épidémie, le maque redevient obligatoire dans 22 communes touristiques et à forte densité du littoral breton de 9 heures à 22 heures. Les villes de Morlaix, Quimper ou Brest (à l'exception de certaines zones comme les plages), sont notamment concernées par le nouvel arrêté préfectoral.

Une troisième dose cet automne ? La question est encore en suspens en France, a déclaré mardi 3 août le ministère de la Santé. "On n'a pas aujourd'hui d'arbitrage, ni même de vision tout à fait stabilisée sur les personnes qui seraient susceptibles de se voir proposer une troisième dose à la rentrée", a-t-il fait savoir lors d'un point hebdomadaire sur la campagne de vaccination. Le périmètre exact des personnes concernées à la rentrée devrait faire l'objet d'un arbitrage "la semaine prochaine", a-t-il précisé.

Les pharmaciens appellent à l'apaisement. Les pharmaciens, qui réalisent des tests et des vaccinations contre le Covid-19, sont devenus la cible d'un "déchaînement soudain de violence", regrettent les acteurs de la profession, qui dénoncent "fermement ces actes" dans un communiqué commun, mardi et appellent "à l'apaisement".

Plus de la moitié de la population européenne entièrement vaccinée. Selon un comptage de l'AFP réalisé mardi à partir des données officielles, la moitié de la population européenne est à présent vaccinée contre le Covid-19. Ce taux monte à 60% pour les adultes, a précisé la veille Ursula von der Leyen, sur son compte Twitter (contenu en anglais). Au total, 223,8 millions de personnes ont un schéma vaccinal complet. L'Union européenne dépasse ainsi les Etats-Unis : au 1er août, les Américains avaient complètement vacciné 49,7% de leur population.

La Guadeloupe reconfinée pour trois semaines. Face à la folle recrudescence des cas de contamination qui suit une "tendance folle", la Guadeloupe retrouve à son tour le régime du reconfinement pour au moins trois semaines à partir de mercredi soir, ont annoncé les autorités locales. Cette mesure est assortie d'un couvre-feu strict de 20 heures à 5 heures, et de restrictions de déplacement dans un rayon de 10 km autour du domicile.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #COVID_19

23h24 : Alors que plus de 50% de la population de plus de 12 ans dispose à ce jour d'un schéma vaccinal complet, le gouvernement souhaite accélérer la vaccination en la proposant également aux réfugiés et demandeurs d'asile. "Une décision de bon sens", se félicite au micro de franceinfo Pierre Henry, président de France Fraternité et ancien directeur général de France Terre d’Asile.

23h02 : Interpellée sur Twitter, la marque Vicks s'est empressée d'appeler les patients à ne surtout pas appliquer de son produit sur le nez : "Comme indiqué sur l'étiquette, VapoRub ne doit être appliqué que sur la poitrine et la gorge pour soulager la toux, et sur les muscles et les articulations pour les courbatures. Il ne doit pas être utilisé sous ou dans le nez, dans la bouche ou ingéré", a écrit la marque, qui rappelle qu'"un produit à base d'huile peut pénétrer dans les poumons s'il n'est pas utilisé correctement".

22h59 : Quand un laboratoire retoque les conseils mal avisés de Didier Raoult. Dans la dernière vidéo publiée sur son compte YouTube, le directeur de l'IHU Méditerranée Infection plaide pour la mise en place de projets scientifiques sur "des molécules qui ont une activité" contre le Covid-19. "Est-ce que la paraffine dans le nez, ou je ne sais pas, le Vicks, évite ou non la contamination ?", s'interroge-t-il.

22h48 : "Nous, scientifiques, médecins originaires de Guadeloupe, de Guyane, de Martinique et de La Réunion et/ou investis dans ces territoires, appelons les Guadeloupéens, les Guyanais, les Martiniquais et les Réunionnais et tous ceux qui y vivent, à se faire vacciner au plus vite contre la Covid compte tenu de la catastrophe sanitaire dans laquelle nous sommes."

Ils s'appellent José-Luis Barnay, Jacqueline DELOUMEAUX, ou encore Moustapha DRAMÉ : dans une lettre ouverteans une lettre ouverte, 35 médecins scientifiques originaires de l’Outre-Mer et/ou y travaillant appellent la population à "se faire vacciner".

22h22 : "Il y a un sous-équipement médical en Corse, notamment en ce qui concerne la réanimation."

Face à la quatrième vague de Covid-19, l'Agence régionale de santé de Corse a activé le "plan blanc" permettant d'augmenter les capacités hospitalières. Pas de quoi rassurer le président de l'antenne corse de la Confédération des syndicats médicaux français, qui s'inquiète au micro de franceinfo de la flambée épidémique sur l'île.

22h05 : Bonsoir @Monique. 57 décès liés au Covid-19 ont été recensés ces dernières 24 heures à l'hôpital, soit une moyenne de 43 décès hospitaliers quotidiens lors des 7 derniers jours. Un chiffre en hausse par rapport à la semaine dernière.


22h05 : Dans vos schémas, pourriez-vous mettre aussi la courbe des morts liés au covid svp?

21h55 : Le Premier ministre Jean Castex annonce sur Twitter que des lits de réanimation supplémentaires gérés par le Service de santé des armées vont être déployés dans la zone Antilles-Guyane pour faire face à la hausse des contaminations.

22h18 : Sauf décision contraire du Conseil constitutionnel, le pass sanitaire sera étendu lundi prochain aux trains, bars et restaurants notamment. Alors, qui sera chargé de contrôler les justificatifs et de quelle façon ? Reportage de nos amis de France 2.

21h34 : Plusieurs dispositifs "sont aussi spécifiquement réactivés pour la Martinique, la Guyane, la Guadeloupe et la Réunion ", où la situation épidémique est particulièrement préoccupante. Les soignants venant en renfort dans un autre établissement que le leur verront ainsi leurs frais de transports et d'hébergement remboursés. Une mesure similaire concernera les agents rappelés sur leurs congés.

21h30 : L'exécutif veut mobiliser les soignants pour faire face à la quatrième vague de contaminations au Covid-19. Dans un communiqué diffusé ce soir, le ministère de la Santé annonce notamment que les heures supplémentaires des soignants pourront être majorées de 50%. Une "indemnité exceptionnelle de compensation de congés payés non pris pour raisons de service" va en outre être activée, "selon les mêmes modalités qu’au printemps 2021".

21h09 : "Si on n'avait pas le pass sanitaire aujourd'hui, on serait obligés de refermer, de faire peser la contrainte sur tout le monde", martèle Emmanuel Macron dans une nouvelle vidéo TikTok destinée à vanter les mérites de la politique sanitaire choisie par le gouvernement auprès d'un plus jeune public.

21h12 : Le rythme des premières doses marque légèrement le pas. Ainsi, 312 789 primo-injections ont été recensées dans les dernières 24 heures, soit 361 005 nouvelles injections par jour en moyenne lors des sept derniers jours.

20h46 : De plus, 818 nouvelles hospitalisations ont été recensées ces dernières 24 heures, soit 559 nouvelles hospitalisations par jour en moyenne sur les 7 derniers jours. Les services de soins critiques comptent actuellement 1 331 patients.

20h45 : 26 829 nouveaux cas de Covid-19 ont été remontés en France en 24 heures. Cela nous donne 21 788 cas par jour en moyenne sur les sept derniers jours.

19h59 : Voici le point sur l'actualité à 20 heures :

• Encore une journée encore riche en émotions à Tokyo. La réussite a accompagné les équipes de France de basket, de volley et de handball masculines, qui ont fait un sans-faute en se qualifiant pour les demi-finales. Bonne journée également pour l'équipe de France de cyclisme sur piste qui ramène le bronze à la maison à l'issue de l'épreuve de vitesse. Déception en revanche pour Renaud Lavillenie, diminué lors de la finale du saut à la perche. Voici le bilan.

• Le plan blanc est déclenché dans les hôpitaux de Corse, après une recrudescence des hospitalisations en raison de l'épidémie de Covid-19. Suivez les dernières informations dans notre direct.


• L'armée appelle les 200 000 habitants de Lashkar Gah à évacuer la ville avant une opération contre les talibans.

• Des données publiées par l'Assurance-maladie permettent d'analyser l'évolution de la vaccination contre le Covid-19 en France. Cartes et graphiques à l'appui, de fortes différences se dessinent, entre le Nord et le Sud ou entre les communes riches et pauvres, comme le montre cet article de Noé Bauduin et Brice Le Borgne.

20h03 : Ce dispositif, baptisé "Key to NYC pass", "exigera la vaccination des salariés et des clients des restaurants en intérieur, des salles de sport et des salles de spectacle", a expliqué le maire lors d'un point-presse, précisant qu'il faudrait "au moins une dose" de vaccin.

19h54 : Une preuve de vaccination sera exigée à New York pour accéder à l'intérieur des restaurants, des salles de sport et de spectacle, a annoncé ce soir le maire démocrate Bill de Blasio, faisant de sa ville la première aux Etats-Unis à créer un passeport vaccinal.

19h49 : Selon les informations du service politique de France télévisions, des mesures pourraient être annoncées dans la soirée, et notamment l’envoi aux Antilles de renforts du service de santé des armées.

19h49 : Le Premier ministre a présidé cet après-midi une cellule interministérielle de crise consacrée à la situation sanitaire dans les Outre-mer, a appris le service politique de France Télévisions.

19h07 : Si j'ai mal compris votre question et que vous faites partie des quelques rarissimes cas de contre-indication au vaccin (allergie au polyéthylène glycol, choc anaphylactique après la première dose...), Olivier Véran expliquait au Parisien le 23 juillet dernier qu'un équivalent au pass, "qui pourrait être le port du masque FFP2", pourrait vous être proposé.

19h15 : Bonsoir @Ferdelan et merci pour votre question. Si vous avez déjà contracté le Covid-19 et disposez en ce sens d'un résultat d'un test RT-PCR ou antigénique datant d'au moins 11 jours et de moins de 6 mois, vous pouvez prétendre à un pass sanitaire qui sera tout aussi valable que celui d'une personne vaccinée. Il vous est également possible de prétendre à la vaccination dès deux mois après le rétablissement de la maladie, comme l'explique le site du ministère de la Santé.

19h14 : Bonsoir Vincent je suis face à une équation sans réponse. Je ne peux pas être vacciné suite à mes anticorps et je suis ambulancier. Comment je fais pour travailler si le pass sanitaire est en vigueur dans les hôpitaux ? Je vais pas faire un test PCR chaque jour pour rentrer à l'hopital pour accompagner mes patients.

18h44 : Morlaix, Quimper, Brest... Face au regain de l'épidémie de Covid-19, le préfet du Finistère a annoncé le retour du port du masque obligatoire dans une vingtaine de communes prisées des touristes entre 9 heures et 22 heures. D'autres départements bretons sont concernés, rapportent nos amis de France 3.

18h13 : Il faut reconnaître que l'avancée de la campagne de vaccination en Arménie est plus que poussive : d'après les dernières données disponibles sur notre tableau de bord, seuls 4% des près de 3 millions d'habitants ont reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19.

18h13 : La France "se tient prête à envoyer" 200 000 doses de vaccin contre le Covid-19 en Arménie, annonce sur Twitter Emmanuel Macron.

18h15 : Il est 18 heures, faisons le point sur l'actualité de cette fin d'après-midi

Exploit des volleyeurs français qui ont battu l'ogre polonais en quart de finale (3-2) et affronteront jeudi l'Argentine en demi-finale. Du côté de la perche, c'est le Suédois Armand Duplantis qui s'impose, le Français Renaud Lavillenie termine 8e.

• Le plan blanc est déclenché dans les hôpitaux de Corse, après une recrudescence des hospitalisations en raison de l'épidémie de Covid-19. Suivez les dernières informations dans notre direct.


• L'armée appelle les 200 000 habitants de Lashkar Gah à évacuer la ville avant une opération contre les talibans.

• Des données publiées par l'Assurance-maladie permettent d'analyser l'évolution de la vaccination contre le Covid-19 en France. Cartes et graphiques à l'appui, de fortes différences se dessinent, entre le Nord et le Sud ou entre les communes riches et pauvres, comme le montre cet article de Noé Bauduin et Brice Le Borgne.

18h00 : Le Conseil constitutionnel rendra jeudi sa décision sur la validité du projet de loi sanitaire, mais plusieurs éléments pourraient faire obstacle à un feu vert des Sages. Franceinfo revient sur les blocages potentiels, alors que le texte doit entrer en vigueur le 9 août.

La façade du Conseil constitutionnel, à Paris, le 1er août 2021. (GEORGES GONON-GUILLERMAS / HANS LUCAS / AFP)

(GEORGES GONON-GUILLERMAS / HANS LUCAS / AFP)

17h51 : "Il va falloir qu'on remette la main à la pâte et qu'on se remotive parce que c'est vrai qu'à un moment donné, on peut passer par des périodes de découragement."

Après le passage en plan blanc des hôpitaux de l'île de beauté, l'Ordre des médecins régional accuse le coup. "Les généralistes sont au bout du rouleau", déplore sur franceinfo Michel Mozziconacci, président du conseil régional corse de l'ordre.

Une adolescente se fait vacciner en Corse, le 22 juillet 2021. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

(PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

17h52 : Bonjour @Maude. Tout dépendra du niveau de protocole sanitaire appliqué dans l'établissement, en fonction de la situation sanitaire locale. Si c'est le niveau 1, pas de port du masque. En revanche, pour les niveaux 2,3 et 4, le port du masque sera requis à l'intérieur et/ou à l'extérieur dès l'école élémentaire. Tous les détails sont à retrouver sur le site de l'Education nationale.

17h52 : Le masque sera-t-il obligatoire dans les écoles primaires en septembre sachant qu’il est souvent dans les musées… pas obligatoire avant 11 ans ? Merci

16h39 : Le taux d'incidence en Guadeloupe atteint désormais 828 cas pour 100 000 habitants tandis que la couverture vaccinale y reste très faible. Selon le responsable de la cellule Covid-19 du CHU de Pointe-à-Pitre, la crise se transforme peu à peu "en catastrophe sanitaire", alors que l'île vient d'être reconfinée pour trois semaines.

Un centre de vaccination contre le Covid-19 à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, le 30 juillet 2021. (YANNICK MONDELO / AFP)

(YANNICK MONDELO / AFP)

16h14 : Le port du masque était de nouveau obligatoire en extérieur en Haute-Corse depuis le 27 juillet, dans les zones les plus fréquentées de six communes : Bastia, Saint-Florent, Calvi, Ile-Rousse, Calenzana et Corte.

Un restaurateur vérifie le pass sanitaire d'une cliente à la terrasse d'un restaurant à l'Île-Rousse (Haute-Corse), le 23 juillet 2021. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

(PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

16h10 : Le plan blanc permet notamment de rappeler des soignants en congés, de déprogrammer des opérations et d'ouvrir des filières supplémentaires, pour subvenir aux besoins des patients lorsque la situation sanitaire l'exige. Plus tôt dans la journée, l'hôpital de Bastia alertait sur la situation proche de la saturation de ses services.

16h08 : La Corse déclenche le plan blanc dans ses hôpitaux après une forte augmentation des cas de Covid-19 sur l'île, a appris franceinfo auprès de l'Agence régionale de santé.

15h57 : "Ça fait longtemps que je n'ai pas vu ma famille, à cause du contexte sanitaire. Ça fait vraiment mal au cœur de les voir souffrir, de voir que la situation se dégrade encore et encore", déplore Assia, adolescente de 17 ans, membre de la diaspora algérienne en France. Comme elle, de nombreux Algériens tentent de se mobiliser face à la crise sanitaire qui frappe durement le pays de l'autre côté de la Méditerranée. Solène Leroux a recueilli leurs témoignages.

Des Algériens attendent de recevoir des bouteilles d'oxygène offertes par une entreprise privée pour les patients atteints de Covid-19 à Blida, au sud d'Alger, le 28 juillet 2021. (RYAD KRAMDI / AFP)

(RYAD KRAMDI / AFP)

15h47 : "Plus on atteindra l'immunité collective, moins on aura besoin de cette troisième dose."


Les personnes vaccinées peuvent produire des anticorps au mois de "huit mois à un an. Au-delà on ne peut pas dire", explique à franceinfo l'immunologiste Matthieu Mahévas. "La question d'une troisième dose se pose surtout pour les patients immunodéprimés ou pour les personnes très âgées, pour lesquelles le système immunitaire fonctionne moins bien."

Des seringues pré-remplies de vaccins contre le Covid-19 (illustration). (THIBAULT LEFÈVRE / RADIO FRANCE)

(THIBAULT LEFÈVRE / RADIO FRANCE)

15h25 : Le vaccin aurait-il des conséquences sur le cycle menstruel ? L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a bien recueilli des signalements, mais poursuit ses investigations. Julien Nguyen Dang et Louis San vous résument l'état des études scientifiques à ce sujet. Une femme vient de recevoir sa première injection du vaccin Pfizer-BioNTech, le 18 mai 2021 à Montaigu (Vendée). (MATHIEU THOMASSET / HANS LUCAS / AFP)

(MATHIEU THOMASSET / HANS LUCAS / AFP)

14h36 : L'hôpital de Bastia tire la sonnette d'alarme. Proche de la saturation, il commence à manquer de bras face aux nombreux soignants, cas contacts ou malades, qui doivent rester chez eux. En seulement huit jours, le nombre de lits alloués aux patients atteints du Covid-19 a été multiplié par quatre.

A l'entrée des urgences de l'hôpital de Bastia, cette affiche rappelle aux patients les chiffres inquiétants de la propagation de l'épidémie dans le département. (MATHILDE ANSQUER / RADIO FRANCE)

(MATHILDE ANSQUER / RADIO FRANCE)

14h13 : Il est 14 heures, bien dépassées, mais cette actualité olympique nous a quelque peu emportés. Voici les principaux titres de l'actualité :

• La Guadeloupe va être reconfinée pour au moins trois semaines à partir de mercredi pour faire face à la hausse des contaminations au Covid-19.

• Un an après l'explosion gigantesque au port de Beyrouth, une famille sur trois a des enfants présentant encore des signes de traumatisme, annonce le Fonds de l'ONU pour l'enfance

• Le Norvégien Karsten Warholm a été sacré champion olympique du 400 m haies en pulvérisant son propre record du monde en 45"94. Après avoir déclaré forfait pour plusieurs épreuves, l'Américaine Simone Biles a décroché le bronze sur la poutre, tout comme les Français en vitesse par équipes en cyclisme sur piste.

• Des données publiées par l'Assurance maladie permettent d'analyser l'évolution de la vaccination contre le Covid-19 en France. Cartes et graphiques à l'appui, de fortes différences se dessinent, entre le Nord et le Sud ou entre les communes riches et pauvres, comme le montre cet article de Noé Bauduin et Brice Le Borgne.

14h00 : Le vaccin contre le Covid-19 peut-il provoquer des troubles menstruels ? Sur les réseaux sociaux, des femmes décrivent des retards de leur cycle ou des règles particulièrement douloureuses, après avoir été vaccinées. Franceinfo a recueilli leurs témoignages.

Une femme reçoit le vaccin contre le Covid-19 (illustration). (MARTIN BUREAU / AFP)

(MARTIN BUREAU / AFP)

13h28 : La Tunisie a été frappée de plein fouet par le variant Delta et depuis mars, le nombre de morts du nouveau coronavirus a plus que doublé. Le pays recense plus de 20 000 morts de la maladie, des chiffres qui inquiètent l'OMS. L'organisation appelle désormais à accélérer la vaccination dans le pays.

Une femme tunisienne reçoit une dose du vaccin chinois Sinopharm au Palais des Congrès à Tunis, le 20 juillet 2021. (FETHI BELAID / AFP)


(FETHI BELAID / AFP)

12h08 : Il est midi. Voici les principaux titres de l'actualité :

La Guadeloupe va être reconfinée pour au moins trois semaines à partir de mercredi pour faire face à la hausse des contaminations au Covid-19.

• Un an après l'explosion gigantesque au port de Beyrouth, une famille sur trois a des enfants présentant encore des signes de traumatisme, annonce le Fonds de l'ONU pour l'enfance.

• Le groupe Sanofi a annoncé l'achat pour 3,2 milliards de dollars de l'Américain Translate Bio, spécialiste de l'ARN messager. Cette technologie est utilisée dans les vaccins contre le Covid-19.

Le religieux ultraconservateur Ebrahim Raïssi a été intronisé président de la République islamique d'Iran, lors d'une cérémonie retransmise par la télévision d'Etat.

• Le Norvégien Karsten Warholm a été sacré champion olympique du 400 m haies en pulvérisant son propre record du monde en 45"94. Après avoir déclaré forfait pour plusieurs épreuves, l'Américaine Simone Biles a décroché le bronze sur la poutre.

11h22 : Le centre de vaccination de Fort-de-France a été incendié volontairement il y a deux jours, en marge d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre. Des agents de la mairie ont évalué les dégâts sur le site. C'est "une désolation", a constaté José Templet, agent enquêteur au service hygiène interrogé par Martinique La 1ère.

Centre de vaccination incendié


MARTINIQUE LA 1ERE

10h20 : Le variant Delta représente 83% des tests positifs en France métropolitaine, et sa progression a fait un bond depuis la première semaine de juillet. Pour obtenir ces chiffres, Santé publique France a compulsé les séquençages et criblages des tests positifs avec toutes les données épidémiologiques.

10h19 : La Martinique est frappée de plein fouet par la quatrième vague de Covid-19, raison pour laquelle un confinement est de nouveau appliqué. Cette fois-ci, quelque 40% des admis en réanimation ont moins de 40 ans, et ils ne sont pas vaccinés. Le personnel médical et les soignants travaillent à flux tendu.



FRANCEINFO