Covid-19 : "Une vague est possible dès la fin juillet", alerte Olivier Véran face à la progression du variant Delta

Le ministre de la Santé invite les Français à aller se faire vacciner, rappelant que "les vaccins font chuter le risque de forme grave, y compris avec le variant Delta.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Olivier Véran quitte le palais de l'Elysée à Paris le 9 juin 2021. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"Depuis cinq jours, le virus ne baisse plus, il réaugmente." Face à la progression du variant Delta, le ministre de la Santé Olivier Véran alerte sur une "vague possible" dès "la fin juillet", appelant la population à se faire vacciner dans une série de messages publiés sur Twitter, dimanche 4 juillet. "Cette semaine, 4,1 millions d'entre vous avez été vaccinés en centre ou en ville, dont 1,2 millions pour votre 1ère injection. Un record", salue-t-il avant d'inviter à "aller encore plus vite".

"Les vaccins font chuter le risque de forme grave, y compris avec le variant Delta. Vacciné, on se contamine beaucoup moins, on transmet beaucoup moins, et on ne vit plus dans le stress. C'est un défi collectif que d'atteindre l'immunité collective, relevons-le ensemble !", plaide Olivier Véran.

Le débat enfle en Europe sur la vaccination des soignants. En France, une centaine de médecins ont demandé au gouvernement de rendre la vaccination obligatoire pour les soignants des hôpitaux et des maisons de retraite "avant le début du mois de septembre" afin d'"éviter une quatrième vague". Face à une campagne vaccinale anti-Covid qui s'essouffle dans le pays, le "Monsieur Vaccin" du gouvernement, Alain Fischer, a averti que ceux qui attendent "commettent une erreur". Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a, lui, mis en garde dimanche sur radio J contre la "fracture vaccinale" qui pourrait provoquer "du ressentiment entre les Français" vaccinés et les autres.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.