Covid-19 : "Une course au vaccin, ça ne fait pas une stratégie vaccinale", regrette l'Observatoire de la Transparence dans les politiques du Médicament

La campagne de vaccination française, qui sera détaillée dans les jours à venir par la Haute Autorité de santé, devrait commencer dès "la fin décembre ou le début du mois de janvier" pour "les personnes fragiles", a annoncé Emmanuel Macron.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une dose de vaccin contre le Covid-19. Photo d'illustration.
 (JEAN-FRANCOIS FREY / MAXPPP)

Les premiers vaccins contre le Covid-19 pourraient être administrés dès la fin décembre pour les plus fragiles et les plus âgés, sous réserve de la validation des candidats vaccins par les autorités sanitaires, a annoncé Emmanuel Macron mardi 24 novembre lors de son allocution télévisée. "On a l’impression que le gouvernement est constamment dans la réaction autour de cette stratégie vaccinale, parce qu’une course au vaccin, ça ne fait pas une stratégie vaccinale", réagit mercredi sur franceinfo, Pauline Londeix, co-fondatrice de l’Observatoire de la Transparence dans les politiques du Médicament (OT-Med).

franceinfo : Des premières vaccinations avant la fin de l’année, cela vous paraît-il crédible comme calendrier ?

Pauline Londeix : Seules les agences du médicament peuvent le savoir. Il y a encore beaucoup de 'si', c’est-à-dire que pour le moment, les vaccins en question ne sont pas validés auprès des agences du médicament. Cette étape est essentielle pour ensuite commencer à mettre en œuvre les vaccinations. Ce qui nous inquiète un peu, c’est qu’on a l’impression que le gouvernement, Emmanuel Macron notamment, est constamment dans la réaction autour de cette stratégie vaccinale parce qu’une course au vaccin, ça ne fait pas une stratégie vaccinale, il faut quand même le rappeler.

"Ce qu’on aurait pu espérer, c’est que des réflexions sur la stratégie vaccinale impliquant des acteurs de la société civile, aussi des médecins etc. puissent avoir lieu bien avant."

Pauline Londeix, co-fondatrice de l’Observatoire de la Transparence dans les politiques du Médicament

à franceinfo

Là, on a l’impression que c’est un peu tard même si vaut mieux tard que jamais.

Quelles questions se posent sur ces vaccins ?

On a plusieurs vaccins qui sont en cours de développement avec les annonces très récentes de Moderna, de Pfizer… Ces vaccins peuvent être utilisés de façon complémentaire. Pour comprendre quelle est leur complémentarité et donc décider de la stratégie vaccinale, on a besoin que des experts, avec différents types d’expertise, réfléchissent au regard des protocoles de recherche et voient comment ces vaccins peuvent se compléter.

Il ne faut pas se contenter de la disponibilité des vaccins quand les laboratoires le disent mais attendre un peu plus pour en avoir deux ou trois, c’est cela ?

Oui, par exemple, les trois vaccins sur lesquels il y a eu des annonces très récents, ces trois là sont très différents. On peut comparer ces vaccins : quelles sont leurs spécificités, quelles sont potentiellement leurs complémentarités ? Et c’est ça qui peut permettre ensuite de dire : "Nous la France qui avons déjà investi plusieurs centaines millions d’euros, nous souhaitons utiliser ces vaccins de telle ou telle cette façon".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.