Vidéo Covid-19 : Rémi Salomon juge "scandaleux que plus de la moitié de la planète soit si mal vaccinée" et accuse l'industrie pharmaceutique

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

"Le vaccin n'est pas un bien commercial comme un autre, il doit être considéré comme un bien commun", estime sur franceinfo le président de la commission médicale de l'AP-HP.

Rémi Salomon, président de la commission médicale de l'AP-HP, s'est dit jeudi 29 juillet sur franceinfo "très critique vis-à-vis de l'industrie pharmaceutique". Selon lui, il "est scandaleux que plus de la moitié de la planète soit si mal vaccinée", dit-il.

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct

Le président américain Joe Biden s'est déclaré le 5 mai favorable à une levée des brevets des vaccins anti-Covid-19. Emmanuel Macron lui a emboité le pas, mais aujourd'hui, dans les faits, l'Afrique et les pays en voie de développement n'ont toujours pas accès à une vraie politique de vaccination.

"Je n'ai pas de conflit d'intérêts avec les laboratoires pharmaceutiques, c'est-à-dire que je ne reçois pas d'argent d'aucune manière. Pour autant, je défends la vaccination. Je pense que c'est bien de le dire. Je suis très critique d'ailleurs vis-à-vis de l'industrie pharmaceutique. On a un problème, les deux tiers de la planète sont très, très mal vaccinés", a-t-il expliqué. En Afrique, moins de 2% de la population est vacciné.

"Pour le moment, peu de choses sont faites. Il faut lever les brevets et faire des transferts de technologie et que les vaccins puissent être fabriqués et distribués."

Rémi Salomon, président de la commission médicale de l'AP-HP

à franceinfo

"Si on ne le fait pas, on va avoir des variants qui vont encore circuler et qui pourraient revenir dans nos pays", assure-t-il. "C'est scandaleux que plus la moitié de la planète soit si mal vaccinée et c'est risqué pour tout le monde dans les années qui viennent", assure-t-il.

"Le vaccin n'est pas un bien commercial comme un autre, il doit être considéré comme un bien commun et je suis donc très bon moment, extrêmement gêné de voir que nous n'avons pas franchi ce pas", selon lui.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.