Covid-19 : rapporté à la population, "il y a dix fois plus d'admissions à l'hôpital en Martinique qu'en métropole", selon Guillaume Rozier

Le fondateur de Covidtracker et Vitemadose observe depuis quelques semaines une flambée épidémique bien plus importante dans les Antilles qu'en métropole, notamment en raison du faible tôt de vaccination ultra-marin.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Des Guadeloupéens patientent avant de recevoir une injection de vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19, le 6 août 2021 à Pointe-à-Pitre. (CEDRICK ISHAM CALVADOS / AFP)

"Il y a dix fois plus d'admissions à l'hôpital en Martinique qu'en métropole et vingt fois plus de décès chaque jour", rapporté à la population, explique le fondateur de CovidTracker et de Vitemadose Guillaume Rozier mardi 10 août à franceinfo, alors que la Martinique est soumise à un reconfinement strict pour trois semaines depuis lundi soir.

franceinfo : Vous nous confirmez cette situation extraordinaire aux Antilles ?

Guillaume Rozier : On a observé une explosion épidémique dans les Antilles et notamment en Martinique au cours du mois de juillet. On avait un taux d'incidence très bas à la fin du mois de juin qui était de 30 cas pour 100 000 habitants par semaine, ce qui est en-dessous du seuil d'alerte, fixé à 50 cas. Très rapidement ce taux a explosé, aujourd'hui on est à près de 1 200 cas par semaine pour 100 000 habitants en Martinique. L'explosion épidémique a d'abord été portée par les tranches d'âge jeunes, les 20-40 ans, et s'est ensuite propagée aux tranches d'âge plus élevées, à partir de 40, 50, 60 ans et plus de 70 ans. C'est aussi ce qui a provoqué une hausse très rapide des formes graves et des admissions à l'hôpital. Aujourd'hui le nombre de personnes hospitalisées est très élevé, puisqu'il y a à peu près 300 personnes hospitalisées en Martinique. Cela peut sembler peu, mais rapporté à la population c'est énorme. Il y a dix fois plus d'admissions à l'hôpital en Martinique qu'en métropole et vingt fois plus de décès chaque jour.

"Les Antilles sont des territoires nettement moins vaccinés, donc les personnes âgées font des formes graves."

Guillaume Rozier

à franceinfo

En France métropolitaine nous sommes à 232 cas pour 100 000 habitants contre 1 165 cas en Martinique et 1 700 pour en Guadeloupe. Est-ce qu'on constate aussi un rajeunissement des patients hospitalisés pour Covid-19 aux Antilles ?

On constate un peu moins ce rajeunissement dans les Antilles qu'en France métropolitaine, pour une raison notamment : c'est le faible taux de vaccination dans ces territoires. En Martinique à peu près 22% de la population a reçu au moins une dose de vaccin. C'est nettement moins qu'en moyenne sur l'ensemble de la France, où la couverture vaccinale, avec au moins une dose de vaccin, s'élève à 66%. En métropole, avec un taux de vaccination élevé dans les tranches d'âges élevées on limite les formes graves et les admissions à l'hôpital. C'est pour ça qu'on observe un rajeunissement en métropole et non aux Antilles. Le variant Delta touche aussi les Antilles où on observe une vague extrêmement brusque et rapide. Cela montre aussi l'efficacité du vaccin pour limiter les formes graves car on observe une vague en métropole mais qui est d'une ampleur nettement plus faible.

Pourquoi cette population est-elle moins vaccinée localement ? N'est-ce pas un découragement pour vous de voir que certains refusent de se faire vacciner et contestent cette réalité sanitaire ?

Ce n'est pas un problème lié aux réceptions et au stock de doses de vaccin, ni à la logistique. Sur Vitemadose, on remarque qu'on a beaucoup de créneaux de vaccination qui sont disponibles à très court terme : plus de 5 000 disponibles en Martinique, pour aujourd'hui ou demain. On a suffisamment de doses de vaccin donc manifestement c'est un souhait de la population de ne pas se faire vacciner. J'évite de juger les décisions politiques et les comportements. J'essaie de comprendre le mieux possible la situation. Ce qu'on voit dans les chiffres c'est que le vaccin est extrêmement efficace pour limiter les admissions à l'hôpital et les admissions en réanimation. En métropole et dans des départements métropolitains avec un haut niveau de vaccination, on a observé un lien affaibli entre les contaminations, les formes graves, les admissions à l'hôpital et les décès. Ce lien n'a pas été rompu dans les DOM-TOM, notamment en Martinique, où on observe une vague de décès à la hauteur des contaminations.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.