Covid-19 : quatre hôpitaux militaires vont vacciner près d'un millier de personnes dans une opération "coup de poing" ce week-end

La plupart des rendez-vous sont déjà pourvus, mais "il reste quelques places", a affirmé le porte-parole du ministère des Armées samedi matin.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'hôpital militaire Sainte-Anne, à Toulon, en mars 2020. (LUC BOUTRIA DOMINIQUE LERICHE / NICE MATIN / MAXPPP)

"Près d'un millier de personnes seront vaccinées ce week-end dans les quatre hôpitaux militaires" sélectionnés pour accélérer le rythme des vaccinations contre le Covid-19 en France, a précisé samedi 6 mars sur franceinfo Hervé Grandjean, le porte-parole du ministère des Armées. Les établissements concernés sont l'hôpital d'instruction des armées (HIA) Bégin à Saint-Mandé (Val-de-Marne), l'HIA Legouest à Metz (Moselle), l'HIA Robert Picqué à Villenave-d'Ornon (Gironde) et l'HIA Sainte-Anne à Toulon (Var). "Chacun a reçu, en moyenne, plusieurs centaines de doses pour ce week-end", a-t-il indiqué.

>> DIRECT. Covid-19 : vaccination "accélérée" attendue en France, premier week-end confiné pour le Pas-de-Calais

"Les doses sont déjà dans nos congélateurs", a assuré Hervé Grandjean, précisant que le ministère des Armées n'a "pas de doses en propre, mais que les vaccins qui vont être administrés ce week-end sont mis à disposition par le ministère de la Santé". La plupart des rendez-vous sont déjà pourvus, mais "il reste quelques places", selon Hervé Grandjean.

"L'opération de ce week-end est une opération ponctuelle, mais si on nous demande de refaire ce type d'opération, évidemment, nous y sommes disposés et nous le referons."

Hervé Grandjean, le porte-parole du ministère des Armées

à franceinfo

"Depuis le début de la crise, nous répondons présent aux sollicitations, là un effort particulier a été demandé sur la vaccination, donc le ministère des Armées répond présent avec l'objectif de protéger les Français et de les accompagner", a déclaré le porte-parole du ministère des Armées, "au service" du ministère de la Santé "sur cette opération coup de poing". Hervé Grandjean a précisé que sur les huit hôpitaux militaires français, certains "vaccinaient déjà et vont continuer de vacciner les Français au-delà de l'opération exceptionnelle de ce week-end".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.