Covid-19 : pourquoi l'utilisation du vaccin AstraZeneca a-t-elle été suspendue ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Covid-19 : pourquoi le vaccin AstraZeneca a-t-il été suspendu ?
france 2
Article rédigé par
S. Ricottier, F. Bouquillat, C. Guyon, J. Pires - France 2
France Télévisions

Emmanuel Macron a annoncé lundi 15 mars que la France suspendait l'utilisation du vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca par précaution. Que reproche-t-on précisément à ce sérum ? 

Le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 est dans la tourmente. Les doutes autour de sa formule ont conduit plusieurs pays européens, comme la France, à suspendre temporairement son utilisation. Mais que lui reproche-t-on exactement ? En Autriche, une infirmière ayant reçu une dose d'AstraZeneca est décédée à cause d'une mauvaise coagulation sanguine. Plusieurs pays comme l'Italie, le Danemark et l'Allemagne ont ensuite donné l'alerte sur des cas de thromboses, soit des caillots sanguins. 

Peu de cas de thromboses en France

Même si aucun lien n'a été établi avec la vaccination, les autorités ont préféré appliquer un principe de précaution. Au Royaume-Uni, on dénombre 35 cas de thromboses sur les 9,7 millions de personnes vaccinées avec AstraZeneca. En ce qui concerne le vaccin Pfizer-BioNTech, le nombre de ces cas est presque similaire : 24 ont été enregistrés parmi les 10,7 millions vaccinées avec ce vaccin. Dans un communiqué, le fabricant a insisté sur la rareté de ce phénomène. En France, peu de cas de thromboses ont été signalés, et aucun décès. "Il faut bien faire la différence entre la survenue d'un événement qui peut être sans rapport avec le vaccin, et le lien de causalité, la relation avec l'exposition au vaccin", rappelle le professeur Jean-Louis Montastruc, médecin pharmacologue au CHU de Toulouse (Haute-Garonne) et membre de l'Académie de médecine. Des enquêtes sont actuellement menées sur les cas suspects. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.