Covid-19 : les Russes toujours peu enclins à se faire vacciner malgré l’ouverture de centres dans les galeries commerciales

Alors qu’une délégation de l’agence européenne du médicament a inspecté cette semaine en Russie des sites de production du vaccin Spoutnik V, les 146 millions de Russes répondent de façon très poussive, aux appels des autorités pour aller se faire vacciner.

Article rédigé par
Claude Bruillot, édité par Ariane Schwab - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une femme remplit formulaire avant de se faire vacciner dans un point de vaccination situé dans un hypermarché de Moscou (30 avril 2021). (VLADIMIR PESNYA / SPUTNIK)

Au troisième étage du Goum à Moscou, la célèbre galerie commerciale de luxe installée sur la Place Rouge, un espace est dédié depuis plusieurs mois à la vaccination contre le Covid-19.

En milieu de semaine, à 11 heures du matin, la salle d'attente est vide alors que le nombre d'infections par le coronavirus a bondi à son plus haut depuis janvier dans la capitale. La campagne de vaccination s’avère décevante et les autorités craignent une nouvelle vague épidémique dans les semaines à venir après celle de l'automne et de l'hiver qui a été particulièrement meurtrière. L'agence des statistiques Rosstat parle d’environ 250 000 morts à la fin mars soit plus du double du bilan reconnu à ce jour par le gouvernement dans sa comptabilité quotidienne.

Vladimir, 73 ans, déjà vacciné, accompagne sa femme qui reçoit sa première piqûre. Il est un peu déçu parce qu'elle a choisi une grande surface concurrente de l'autre côté du boulevard, pour se faire vacciner. "Ma femme voulait se faire vacciner dimanche, mais il y avait trop d'attente. C'est mieux au Goum. Il donne des glaces après la piqûre", rigole Vladimir. La mairie de Moscou va même jusqu'à offrir un bon d'achat de 11 euros aux candidats de plus de 60 ans à la vaccination.

Très loin de l'immunité collective

Anna l'infirmière, qui vient de vacciner avec Spoutnik V dix personnes en une heure, assure que les candidats à la vaccination ici n'ont pas d'appréhension. "Les gens viennent en confiance volontairement. Il y a des personnes de toutes générations. Quand je leur demande comment s'est passée la première piqûre, ils ont souvent oublié quel bras avait été utilisé. Ce sont surtout les personnes âgées qui nous intéressent."

Vladimir Poutine lui-même est monté au créneau ces dernières semaines pour convaincre les Russes d'aller se faire vacciner au plus vite pour atteindre l'immunité collective à l'automne 2021. Le président a rappelé qu'il était nécessaire que 70 millions d'adultes soient vaccinés au total pour y parvenir. Il a même décrété un super pont du vendredi 30 avril jusqu’au 10 mai inclus pour mettre un coup de frein à l'épidémie. Or pour l’heure, seulement 24 millions de Russes auraient reçu une ou deux doses après six mois de campagne pour soutenir la vaccination anti-Covid-19. Selon un sondage de l'institut Levada réalisé en avril, 62 % des personnes interrogées ne sont pas prêtes à se faire vacciner avec le Spoutnik V, développé par Moscou et au coeur de la politique d'immunisation et de la communication de l'État.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.