Covid-19 : la France a reçu moins de vaccins que ce qu'avait annoncé Jean Castex

Le Premier ministre avait affirmé devant l'Assemblée nationale que plus d'un million de doses du vaccin Pfizer seraient livrées en France avant le 31 décembre 2020. Finalement, la France en a reçu la moitié. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Jean Castex le 15 décembre à l'Assemblée nationale.  (THOMAS PADILLA / MAXPPP)

Au moment de présenter la stratégie vaccinale, le 16 décembre dernier à l'Assemblée nationale, Jean Castex avait fait un premier point, très précis, sur les livraisons de vaccins attendues dans les semaines suivantes. "D'ici le 30 décembre, nous aurons 1,1 million de doses du premier vaccin sur le territoire. Nous devrions recevoir 677 000 doses supplémentaires autour du 5-6 janvier et 1,6 million de doses en février". Un décompte qui s'est révélé inexact, la première livraison a notamment été divisée par deux. 

Un lissage des livraisons selon Matignon 

Mardi 5 janvier, Matignon reconnaît que les chiffres annoncés en décembre par Jean Castex ont évolué mais explique que ce changement est dû à la Commission européenne qui a modifié, selon Matignon, les livraisons au dernier moment pour mieux les lisser et faciliter la logistique dans les pays de l’UE. La Commission a décidé "de plafonner les livraisons par pays à 520 000 doses par semaine, afin de faciliter la logistique et d’assurer un traitement équitable entre tous les pays", assure de son côté le ministère de la Santé. 

Au 31 décembre, la France avait donc reçu 520 000 doses du vaccin Pfizer, et non pas un million comme l'espérait le Premier ministre. Le pays doit désormais recevoir 500 000 nouvelles doses chaque semaine jusqu’à la fin du mois de janvier pour atteindre un total de 2,6 millions de doses au 1er février. Selon la Direction générale de la Santé, "il n’y a, à ce jour, aucun retard constaté dans la livraison des doses". 

Selon le ministère de la Santé, "ces chiffres pourront naturellement évoluer au fil du temps", notamment si le candidat vaccin Moderna est approuvé par l'Agence européenne du médicament. Un feu vert de l'EMA permettrait à la France de recevoir 500 000 doses supplémentaires par mois, selon Olivier Véran. Le fabricant Pfizer assure qu’il va aussi progressivement accélérer la cadence de ses livraisons et atteindre 750 000 doses chaque semaine à partir du mois de mars. Le ministère de la Santé espère obtenir cinq millions de vaccins d'ici fin février, "soit un volume supplémentaire à ce que nous pensions au total avoir le 16 décembre". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.