Covid-19 : l'Union européenne place ses exportations de vaccins sous haute surveillance

L'UE veut empêcher la fuite des doses de vaccins vers des pays qui produisent les leurs et n'en exportent pas en Europe.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une infirmière se prépare à vacciner, le 24 mars 2021 à Madrid (Espagne). (GABRIEL BOUYS / AFP)

L'UE a décidé, mercredi 24 mars, de placer sous haute surveillance les exportations de vaccins anti-Covid produits sur son sol, afin d'empêcher la fuite vers d'autres pays des doses nécessaires aux Européens"L'UE fait face à une très grave situation épidémiologique et continue d'exporter des volumes importants vers des pays" produisant leurs propres vaccins ou bien où la vaccination est plus avancée, a déclaré le vice-président de l'exécutif européen Valdis Dombrovskis. "Nous avons donc adopté deux ajustements au mécanisme actuel" de contrôle des exportations pour "résoudre ces déséquilibres" et pour "garantir" les approvisionnements des Vingt-Sept, a-t-il annoncé.

>> Covid-19 : toutes les informations dans notre Direct

Un dispositif mis en place par Bruxelles fin janvier prévoyait déjà, avant toute exportation de vaccins, le feu vert de l'Etat membre d'où partent les doses et de la Commission. Quelque 300 autorisations ont été délivrées depuis, pour envoyer 40 millions de doses vers 33 pays – avec un unique refus, pour une livraison d'AstraZeneca à destination de l'Australie, depuis l'Italie. L'exécutif européen entend durcir les conditions d'exportation vers les pays qui produisent eux-mêmes des vaccins anti-Covid sans en envoyer en retour vers l'UE.

Le Royaume-Uni pointé du doigt

Premier pays visé par ces nouvelles règles, le Royaume-Uni. Dans son texte de règlement révisé, la Commission constate que certains pays tiers bloquent les exportations de doses vers l'UE "soit par la loi, soit par des arrangements contractuels ou autres, conclus avec des fabricants de vaccins". Un objectif de "réciprocité" que Bruxelles entend opposer à Londres.

L'UE a exporté quelque 10 millions de doses, tous vaccins confondus, vers le Royaume-Uni entre le 1er février et mi-mars, mais à l'inverse, elle n'a reçu aucune dose produite sur le sol britannique – alors que le contrat signé par AstraZeneca prévoyait la livraison de doses produites dans deux usines au Royaume-Uni. L'entreprise avait expliqué que son contrat avec Londres l'obligeait à honorer en priorité les commandes britanniques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.