Covid-19 : l'obligation vaccinale étendue aux gendarmes à partir du 15 septembre

Chez les policiers, qui n'ont pas le statut militaire, les chefs de service sont invités à "poursuivre l'incitation à la vaccination".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un flacon de vaccin contre le Covid-19 développé par le laboratoire Pfizer/BioNTech, à Briançon (Hautes-Alpes), le 10 août 2021. (THIBAUT DURAND / HANS LUCAS / AFP)

L'obligation vaccinale élargie. Les gendarmes affectés sur le terrain ou au contact du public devront être complètement vaccinés contre le Covid-19 d'ici au 15 septembre, selon une note de la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN), datée de mardi 17 août, et consultée mercredi par l'AFP.

Les personnels concernés sont "les personnels militaires, d'active et de réserve, en missions de sécurité publique, de sécurité routière, de maintien de l'ordre, de police judiciaire et d'accueil ou effectuant des services au contact du public ou de personnes extérieures à la gendarmerie".

Cette note fait suite à une instruction du Service de Santé des Armées , datée du 29 juillet et révélée par Le Monde, rendant la vaccination obligatoire "pour tout militaire servant (...) sur le territoire métropolitain au titre d'un engagement opérationnel décidé par l'état-major des armées ou la direction de la gendarmerie nationale".

Une "incitation" pour les policiers

Chez les policiers, qui n'ont pas le statut militaire, les chefs de service sont invités à "poursuivre l'incitation à la vaccination" des agents placés sous leur autorité, selon un courrier envoyé mardi aux préfets par le secrétaire général du ministère de l'Intérieur, Jean-Benoît Albertini. "Il conviendra de s'assurer que l'ensemble des facilités, y compris horaires, est accordé aux agents pour (...) bénéficier" de la vaccination, écrit de son côté le directeur général de la police nationale, Frédéric Veaux, dans un télégramme également daté de mardi.

L'obligation vaccinale, annoncée le 12 juillet par le président Emmanuel Macron pour contrer la forte reprise de l'épidémie de Covid-19, concernait jusqu'à présent les personnels soignants et non soignants des hôpitaux et maisons de retraite, les professionnels et bénévoles auprès des personnes âgées, y compris à domicile, ainsi que les pompiers ou les ambulanciers.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.