Covid-19 : l'obligation vaccinale entre en vigueur en Autriche

Le gouvernement autrichien a décidé d'opter pour la manière forte malgré les critiques, se démarquant de ses partenaires européens.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un homme dans un centre de vaccination de Vienne (Autriche), le 5 février 2022. (ALEX HALADA / AFP)

Une mesure sans précédent dans l'Union européenne. Depuis ce samedi 5 février, les Autrichiens de plus de 18 ans doivent se faire vacciner contre le Covid-19 sous peine d'encourir une forte amende.

La loi sur le sujet avait été adoptée le 20 janvier par le Parlement, marquant l'aboutissement d'un processus entamé en novembre face à la propagation fulgurante de la pandémie. L'ensemble des résidents majeurs sont concernés par le texte de loi, à l'exception des femmes enceintes (pour qui les bénéfices de la vaccination sont pourtant avérés), de ceux qui ont contracté le virus il y a moins de 180 jours et enfin de ceux qui peuvent se faire exempter pour raisons médicales.

Des amendes dissuasives, levées en cas de vaccination rapide

Les contrôles, toutefois, ne débuteront qu'à la mi-mars : des sanctions pourront alors être appliquées, pour un montant variant de 600 à 3 600 euros, mais elles seront levées si le contrevenant obtempère dans les deux semaines.

Le gouvernement a décidé d'opter pour la manière forte malgré les critiques, se démarquant de ses partenaires européens. Dans l'Allemagne voisine, un projet similaire, défendu par le nouveau chancelier social-démocrate Olaf Scholz, a commencé à être débattu le 26 janvier au Bundestag. Mais il a pris du retard sur fond de divisions de la classe politique.

Malgré l'annonce de la mise en œuvre de cette mesure drastique, le taux de vaccination n'a guère décollé en Autriche, se situant toujours en deçà des niveaux observés en France ou en Espagne – autour de 70% de la population.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.