Covid-19 : "Il y a un Moderna bashing qui n'est en rien justifié, mais qui crée des conflits importants dans les centres de vaccination", juge un médecin généraliste

"On n'est pas arrivés aux agressions physiques mais cela crée un climat de tension", explique sur franceinfo Luc Duquesnel, président du syndicat des généralistes de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF).

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une femme se fait vacciner à Quimperle (Finistère), le 6 décembre 2021. (FRANCOIS DESTOC / MAXPPP)

"Il y a un Moderna bashing qui n'est en rien justifié, mais qui crée des conflits importants dans les centres de vaccination", a regretté mercredi 8 décembre sur franceinfo Luc Duquesnel, président du syndicat des généralistes de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), médecin en Mayenne. Le gouvernement incite à une dose de rappel contre le Covid-19 mais beaucoup de Français redoutent le Moderna.

franceinfo : Quels vaccins administrez-vous ? Constatez-vous un rejet du Moderna ?

Luc Duquesnel : Dans les centres de vaccination c'est avant tout du Pfizer mais nous avons aussi deux centres où on a du Moderna. Nous avons des restrictions parce qu'on sait que nous avons moins de Pfizer, que les personnes de plus de 65 ans peuvent venir se faire vacciner sans rendez-vous. Quand on dit qu'on va le faire avec du Moderna, on ressent une agressivité. Certains patients veulent du Pfizer alors que c'est strictement la même efficacité à partir du moment où on respecte la limite des 30 ans, on ne fait pas de Moderna en-dessous de 30 ans. C'est un peu comme avec l'AstraZeneca, il y a un Moderna bashing qui n'est en rien justifié, mais qui crée des conflits importants dans les centres de vaccination.

Comment se traduit cette agressivité ?

Elle est souvent verbale. Il y a des gens qui repartent quand on leur dit que ce sera un vaccin Moderna, les gens qui viennent sans rendez-vous repartent et refusent de se faire vacciner. On n'est pas arrivés aux agressions physiques mais cela crée un climat de tension.

"Les professionnels de santé et les bénévoles dans les centres de vaccination ne sont pas là pour être maltraités verbalement par des usagers. Il y a un certain ras-le-bol."

Luc Duquesnel, président du syndicat des généralistes de la CSMF

à franceinfo

Que dites-vous aux personnes qui viennent se faire vacciner ?

On leur explique que l'efficacité est strictement la même comme le montrent toutes les études. On a demandé au cabinet d'Olivier Véran une communication nationale qui rappelle qu'il y a la même efficacité, pas plus de risques chez les plus de 30 ans. On a des réticences injustifiées. Il faut aussi savoir que la 3e dose avec le Moderna est plus difficile parce que ce sont des demi-doses. Entre les premières, les deuxièmes et les troisièmes doses, on se retrouve avec trois types de seringues préremplies et cela multiplie le risque d'erreur. Quand les gens prendront rendez-vous sur Doctolib ils sauront que c'est du Moderna donc s'ils n'en veulent pas ils ne prendront pas rendez-vous.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.