Covid-19 : "Il n'y a pas du tout de crainte sur la tolérance" avec des doses de deux vaccins différents, selon la HAS

Selon Elisabeth Bouvet, présidente de la Commission technique des vaccinations à la HAS, "le vaccin initial est parti depuis longtemps, donc celui qui sera injecté ensuite ne sera pas en contact avec le premier". 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Pour leur deuxième dose de vaccin contre le Covid-19, la Haute autorité de santé recommande aux personnes de moins de 55 ans, une deuxième dose de vaccin à ARN messager comme le Pfizer/BioNTech (photo). (LOIC VENANCE / AFP)

Se faire vacciner contre le Covid-19 avec des doses de vaccins différents ne doit susciter "aucune crainte sur la tolérance", assure sur franceinfo, vendredi 9 avril, Elisabeth Bouvet, présidente de la Commission technique des vaccinations à la Haute autorité de santé. La HAS recommande que les moins de 55 ans vaccinés avec AstraZeneca reçoivent une seconde dose de vaccin ARN messager.

franceinfo : Vous recommandez désormais que les quelques 500 000 personnes de moins de 55 ans, qui ont déjà reçu une dose d'AstraZeneca, reçoivent une deuxième dose avec le vaccin Pfizer ou Moderna ?

Elisabeth Bouvet : Oui, puisqu'on a admis qu'il ne fallait pas vacciner les personnes de moins de 55 ans avec ce vaccin, on ne va pas leur faire une deuxième dose avec le même vaccin. L'idée, c'est qu'on sait qu'il y a une bonne protection jusqu'à trois mois après l'injection de la première dose, donc il faut qu'il y ait une deuxième injection. Pas d'Astra, pas de Janssen qui n'est pas encore arrivé en France. Donc il nous reste les vaccins ARN. Ce sont ceux qu'on connaît le mieux.

Ça ne pose pas de problème de mélanger deux vaccins ?

En théorie, ça n'est pas recommandé, surtout pour des questions de pharmacovigilance. Mais là, la question, c'est de protéger au mieux les personnes. On sait que si elles n'ont qu'une injection elles ne seront pas protégées. C'est une mesure qui part de constatations pragmatiques. Il y a des données expérimentales, scientifiques, qui peuvent nous aider à valider cette proposition. Il n'y a pas du tout de crainte sur la tolérance. La seule chose qu'il faut vérifier c'est qu'il y ait une bonne réponse immunitaire après l'injection de ce vaccin.

Est-ce qu'il peut y avoir des effets secondaires supplémentaires avec un mélange ?

Il n'y a pas de raison de craindre des effets secondaires puisqu'il n'y a pas vraiment de mélange. Le vaccin initial est parti depuis longtemps, donc celui qui sera injecté ensuite ne sera pas en contact avec le premier. Les deux vaccins agissent par un mécanisme très proche, puisqu'ils font fabriquer la même protéine du virus, la protéine Spike. Donc le principe est le même, et le type de réponse immunitaire aussi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.