Covid-19 : après une seule dose de vaccin, les personnes ayant déjà eu la maladie sont fortement protégées, selon une étude

"Nous espérons que ces données (...) aideront à former des politiques de vaccination plus nuancées", a déclaré Viviana Simon, co-auteure et professeure de microbiologie à l'Icahn School of Medicine at Mount Sinai, à New York.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une personne reçoit une injection d'un vaccin contre le Covid-19, à Rijeka (Croatie), le 6 mars 2021. (DENIS LOVROVIC / AFP)

Une personne guérie du Covid-19 et recevant ensuite une première dose du vaccin de Pfizer ou de Moderna est fortement protégée contre la maladie. C'est ce que montre une étude publié, mercredi 10 mars, dans la revue New England Journal of Medicine (lien en anglais). Cette personne sera mieux protégée que quelqu'un qui n'a jamais attrapé la maladie mais a reçu les deux doses de vaccin, estiment les auteurs de cette étude, qui ont analysé des échantillons sanguins de 110 personnes, dont 67 n'avaient pas déjà été infectées par le virus et 43 l'avaient été.

>> Retrouvez dans notre direct les dernières informations sur la pandémie de Covid-19 et la campagne de vaccination

"Nous espérons que ces données (...) aideront à former des politiques de vaccination plus nuancées", a déclaré Viviana Simon, co-auteure et professeure de microbiologie à l'Icahn School of Medicine at Mount Sinai, à New York. Pour les personnes ayant déjà été infectées par le virus, "la première dose de vaccin agit comme un rappel, rendant la seconde dose superflue", a-t-elle ajouté.

Des niveaux d'anticorps 10 à 45 fois plus élevés que les personnes pas encore infectées

Les résultats ont montré qu'après la première dose, les participants ayant déjà eu le Covid-19 "ont rapidement développé des titres [terme médical signifiant concentration ou niveau] d'anticorps uniformes et élevés dans les jours suivant" l'injection. Les niveaux d'anticorps de ces personnes étaient 10 à 45 fois plus élevés que celles n'ayant pas été précédemment infectées, selon les scientifiques, qui ont prélevé des échantillons à intervalle régulier.

Après la deuxième dose, les niveaux d'anticorps parmi les personnes ayant déjà eu la maladie étaient toujours six fois plus hauts en moyenne que chez les autres. Mais, écrivent les chercheurs, "aucune augmentation dans les titres d'anticorps n'a été observée chez les anciens malades du Covid-19 ayant reçu la seconde dose", qui a donc eu un effet très limité pour eux. Aucune différence notable entre les niveaux d'anticorps produits par l'un ou l'autre des deux vaccins, Pfizer ou Moderna, n'a été constatée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.