Covid-19 : ce que l'on sait de la situation sanitaire en Corée du Nord, qui vient de déclarer ses premiers décès liés à la maladie

L'annonce du régime nord-coréen a coïncidé avec l'instauration d'un couvre-feu strict, alors que le virus se propage dans un pays où la vaccination contre le Covid-19 est inexistante.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le leader nord-coréen Kim Jong-un face aux responsables du Commandement de la quarantaine d'urgence nationale, le 12 mai 2022 en Corée du Nord. (KCNA VIA KNS / AFP)

Pour la première fois, la Corée du Nord se dit touchée par la pandémie de Covid-19. Plus de deux ans après l'apparition du coronavirus Sars-CoV-2, le régime dirigé par Kim Jong-un a annoncé, vendredi 13 mai, le premier décès officiellement imputé à la maladie. D'après l'agence de presse étatique, "une fièvre dont la cause n'a pu être identifiée s'est propagée de manière explosive dans tout le pays à partir de la fin avril". Cette situation inquiète les autorités locales, mais aussi l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui se dit "prête à soutenir [le pays] dans sa bataille contre le Covid-19".

Officiellement, 187 800 personnes sont actuellement contaminées

La visite de Kim Jong-un au quartier général de la lutte contre l'épidémie de Covid-19 a été l'occasion pour le régime de communiquer quelques chiffres sur la progression du coronavirus. Ainsi, l'agence de presse officielle KCNA* a rapporté que sur le mois d'avril, 350 000 personnes avaient contracté une fièvre suspecte, et qu'au moins 162 000 en avaient "complètement guéri". L'agence n'a pas précisé l'état de santé des autres cas détectés en avril.

L'organe de presse du régime a toutefois déclaré que 18 000 nouvelles contaminations avaient été enregistrées en Corée du Nord pour la seule journée du 12 mai, portant le bilan provisoire à 187 800 cas actifs. Tous ces patients sont "isolés et soignés", assure l'agence KCNA, qui ajoute que six personnes sont pour l'instant mortes du Covid-19 en Corée du Nord, dont un cas positif au sous-variant Omicron BA.2

Le pays a un taux de vaccination inconnu, mais sûrement proche de zéro

Ces chiffres font craindre le pire aux autorités sanitaires internationales, qui suspectent qu'aucun des 25,7 millions de citoyens nord-coréens n'a été vacciné contre le Covid-19. Ces deux dernières années, le pays a en effet refusé les nombreuses mains tendues par des pays comme la Chine ou la Russie, qui proposaient de lui fournir gratuitement des millions de doses de leurs vaccins, rappelle France 24. Pour justifier son choix, Pyongyang répétait que la pandémie de Covid-19 n'était pas arrivée sur son sol.

Dans un communiqué* publié jeudi soir, l'OMS déclarait avoir pris contact avec le pouvoir nord-coréen afin de renforcer son plan d'urgence contre cette flambée épidémique. En attendant une réponse de Pyongyang, l'organisation s'active et espère voir s'amorcer un effort vaccinal. "L'OMS a aidé la République populaire démocratique de Corée à développer un plan de vaccination contre le Covid-19", a expliqué au magazine américain Newsweek* Ewin Salvador, le représentant de l'organisation en Corée du Nord, ajoutant que le pays restait éligible au programme Covax de redistribution des vaccins.

Kim Jong-un a décrété un confinement strict

Pour endiguer la flambée épidémique, le chef suprême de la république nord-coréenne a fait le choix d'un confinement national, et ce, à plusieurs niveaux. Ainsi, le régime cherche à "bloquer chaque province, comté et ville à travers le pays" mais aussi à "isoler les lieux de travail, de production et les lieux de vie", détaille l'agence officielle KCNA*.

Kim Jong-un a par ailleurs révélé que Pyongyang, la capitale, était l'épicentre de l'épidémie en Corée du Nord. "Nous serons toujours sur la défensive", a prévenu l'autocrate nord-coréen, quand bien même son pays parviendrait à juguler la propagation du virus. La Corée du Nord, qui est fréquemment en proie à des pénuries alimentaires, souffre aussi d'un des pires systèmes de santé au monde, classé 193e sur 195 pays, selon une enquête de l'université Johns-Hopkins publiée en 2021.

* Les liens marqués d'un astérisque renvoient vers des articles en anglais.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.