Covid-19 : allègement des restrictions en Europe, 400 000 morts au Brésil… Le point sur la situation épidémique dans le monde

Le Brésil devrait officiellement dépasser les 400 000 morts du coronavirus jeudi soir, lorsque seront publiées les données du ministère de la Santé. 



Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Un centre de vaccination contre le Covid-19 dans un gymnase à Eisleben en Allemagne, le 27 avril 2021. (SEBASTIAN WILLNOW / DPA-ZENTRALBILD / AFP)

La courbe des morts liées au Covid-19 continue de croître en Inde, tandis que plusieurs pays européens ont présenté leur plan de sortie progressive du confinement, jeudi 29 avril. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a toutefois mis en garde l'Europe, estimant que "la situation en Inde peut se produire n'importe où". Franceinfo fait le point sur les faits marquants du jour.

Plus de 3 600 morts en 24 heures en Inde

La pandémie s'est aggravée en Inde avec un nouveau "record" quotidien de morts. Le quatrième pays le plus endeuillé de la planète déplore au total 204 832 décès dus au coronavirus, dont 3 645 sur les dernières 24 heures.

Les hôpitaux submergés manquent de lits, de médicaments et d'oxygène. "Une personne sur deux soumises à des tests RT-PCR à Calcutta et sa banlieue est positive", a déclaré à l'AFP Firhad Hakim, administrateur en chef de la ville. "Les hôpitaux sont à court de lits. Les corps s'entassent également dans les crématoriums."

Le Brésil va dépasser les 400 000 morts

Le Brésil devrait officiellement dépasser les 400 000 morts du coronavirus jeudi soir, lorsque seront publiées les données du ministère de la Santé. 

Après quatre mois de hausse incontrôlable du nombre de morts et de nouveaux cas de contamination, les courbes se sont stabilisées depuis la mi-avril, mais sur un plateau encore très élevé. Cette légère décrue est toutefois très fragile, selon les épidémiologistes, qui redoutent les effets de la réouverture des bars, des restaurants ou des plages dans des villes comme Rio de Janeiro.

Le nombre de morts a augmenté de façon exponentielle depuis le début de l'année au Brésil, sous l'effet du variant P1 : il a fallu plus de cinq mois pour passer de 100 000 à 200 000 morts, le 7 janvier, mais ensuite seulement 77 jours pour atteindre les 300 000 morts (24 mars) et 37 pour les 400 000.

Plus d'un million de vaccinés en 24 heures en Allemagne

L'Allemagne a administré mercredi 1,1 million de doses, a annoncé le ministre de la Santé, Jens Spahn. Le pays va par ailleurs retirer à partir de dimanche le département français de la Moselle des zones à haut risque et ainsi assouplir les contrôles frontaliers, a annoncé la région de Rhénanie-Palatinat.

Les autorités sanitaires ont toutefois déclaré avoir identifié plusieurs cas d'infection au variant détecté en Inde dans le pays.

Plusieurs pays allègent leurs restrictions en Europe

La pandémie semble ralentir dans une majorité de pays d'Europe, qui relâchent prudemment leurs restrictions. Les Pays-Bas ont rouvert leurs terrasses mercredi et supprimé le couvre-feu. De son côté, le gouvernement irlandais a autorisé à partir de mi-mai la réouverture des commerces non essentiels, musées et salons de coiffure.

En France, où une timide décrue des nouvelles infections semble enclenchée, le président Emmanuel Macron a esquissé les contours d'un déconfinement, en dévoilant l'agenda des réouvertures prévues. Les commerces, terrasses de bars et restaurants ainsi que les lieux culturels, dont les cinémas et musées, rouvriront à partir du 19 mai. 

En même temps, le couvre-feu en vigueur, fixé à 19 heures, sera décalé à 21 heures. Les cafés et restaurants rouvriront en intérieur à partir du 9 juin, et le couvre-feu passera alors à 23 heures, avant une levée des restrictions nocturnes et des jauges le 30 juin, si la situation sanitaire le permet.

En Autriche, des sucettes pour tester les tout-petits

Dans des crèches et jardins d'enfants autrichiens, les enfants sont désormais testés au Covid-19 via une friandise. Ils doivent mettre une sucette dans la bouche pendant 90 secondes et les résultats sont connus en 15 minutes.

L'idée vient d'un laboratoire autrichien au sein de l'hôpital Kaiser-Franz-Joseph de Vienne afin de prévenir une hausse des cas dans cette tranche d'âge non vaccinée. L'objectif est de "surveiller les infections" et d'offrir "une alternative judicieuse" aux prélèvements invasifs dans le nez et la gorge, expliquent les autorités régionales.

Une étude est actuellement menée dans cinq crèches et jardins d'enfants portant sur des enfants âgés de 1 à 6 ans pour déterminer la fiabilité de la méthode et envisager un déploiement plus large. A une heure de la capitale autrichienne, la région de Burgenland a d'ores et déjà commandé 35 000 de ces tests.

New York vise une "réouverture complète" le 1er juillet

"Nous sommes prêts à rouvrir New York complètement au 1er juillet", a déclaré le maire de New York Bill de Blasio lors d'un point presse. "Cela veut dire aller dans les magasins (...), le retour possible des bars et restaurants, le retour de nombreux employés (...) les théâtres qui reprennent et tant de choses que nous chérissons".

Interrogé sur cet objectif du 1er juillet, le gouverneur Andrew Cuomo l'a immédiatement contesté. "Je n'aime pas faire des projections, je pense qu'elles sont irresponsables", a-t-il répondu. "J'espère qu'on aura une date de réouverture plus tôt (...) Si on fait ce qu'on doit faire, on pourra rouvrir avant".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.