Vaccin contre le Covid-19 : "Commençons par ceux qui désirent être vaccinés", suggère le député Jean-Louis Touraine

Alors que l'eurodéputé Yannick Jadot défend une vaccination obligatoire contre le Covid-19, l'élu LREM du Rhône et médecin estime qu'il vaut mieux faire "de la pédagogie".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des recherches sur un vaccin contre le Covid-19 menées à Valladolid (Espagne), le mardi 10 novembre 2020. (CESAR MANSO / AFP)

Le laboratoire américain Pfizer et l'allemand BioNTech ont annoncé lundi 9 novembre la mise au point d'un vaccin contre le Covid-19 potentiellement efficace à 90%. "C'est un espoir formidable", a réagi ce mardi sur franceinfo Jean-Louis Touraine, médecin, député LREM du Rhône, membre de la commission des Affaires sociales, qui se dit contre une obligation de vaccination. "Aujourd'hui 59% des Français souhaitent être vaccinés dès que possible, alors commençons par ceux qui désirent être vaccinés", a-t-il avancé alors que l'eurodéputé EELV Yannick Jadot s'est dit favorable à une vaccination obligatoire.

"Vous comprenez bien que pour ce vaccin nouveau il pourrait être déraisonnable de se précipiter immédiatement vers une obligation de vaccination de certaines personnes craignant que cette innovation ne soit pas encore suffisamment maîtrisée", a argumenté Jean-Louis Touraine.

Des personnes "craintives"

Même si ce vaccin contre le Covid-19 "ne sera utilisé qu'après toutes les précautions d'usage, il y aura certaines personnes qui seront craintives, pense le député LREM, donc plutôt que de les forcer, il est préférable de commencer par vacciner ceux qui sont les plus exposés notamment les personnels soignants, ceux qui le sont du fait de leur âge, ceux qui font de l'obésité, de l'hypertension et progressivement on aura des doses plus importantes". Jean-Louis Touraine fait par ailleurs remarquer qu'"on n'aura pas tout de suite de quoi vacciner 60 millions de Français".

L'élu du Rhône et médecin se dit "très favorable" à la vaccination obligatoire pour les vaccins "qui sont déjà classiques". Mais pour un nouveau vaccin, il juge préférable "de faire de la pédagogie et dans la mesure où la moitié de la population sera vaccinée, il y aura un effet individuel et collectif de protection très important, car ce vaccin est efficace à 90% et ses résultats seront confirmés par la totalité de l'étude".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.