Ski de fond, raquettes et forêts enneigées... La revanche des petites stations sur les "usines à ski"

Avec la fermeture des remontées mécaniques pour cause de Covid-19, beaucoup de Français se sont tournés vers les stations de moyenne montagne. Exemple, Les Rousses, dans le Jura.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une famille part découvrir le ski nordique avec un moniteur, dans la station des Rousses, à la frontière suisse, dans le Jura. (LAURIANE DELANOE / RADIO FRANCE)

Ne cherchez pas un hôtel ni un gîte pour les prochains jours à la station de ski des Rousses, à la frontière suisse, dans le Jura. "Malheureusement, tout est complet, je n'ai plus rien à vous proposer. Les gens appellent pour savoir s'il reste de la disponibilité pour le week-end du Nouvel An, explique Ingrid, qui travaille à la centrale de réservation. C'est assez speed parce que ce sont des arrivées et des départs tous les jours. On n'a plus rien, on est remplis à 100%."

100%, c'est-à-dire 6 000 lits pour ce mois de décembre. Les centres de vacances et les remontées mécaniques sont encore fermés à cause du coronavirus, mais il y a plus de clients que les années précédentes pour cette semaine du réveillon.

Du ski de fond plutôt que du ski alpin

Pour les rencontrer, il faut braver la tempête de neige jusqu'aux pistes de ski de fond. "C'est la première fois, pour nous, sourit une vacancière. On a un peu galéré, on a plutôt l'habitude de faire du snowboard..." "Habituellement, complète un autre, on prend quelques jours dans les Alpes. Et comme avec le couvre-feu, le confinement et le Covid, on ne peut pas faire de ski alpin on est passés au ski de fond..." Du ski de fond, de la promenade, en famille, en somme. "C'est très agréable dans la forêt avec les sapins enneigés et tout, ajoute une skieuse. Et on profite beaucoup plus du paysage."

Logiquement, la demande de cours de ski explose en ce moment, comme les locations de matériel dans le magasin de Jérémy Lambert. "Aujourd'hui, indique-t-il, il n'y a plus de raquettes à louer. On a vidé complètement le parc de location de raquettes. On a loué également la totalité du parc de ski de randonnée, et le parc de ski de fond sort à peu près tous les jours aussi."

"On est plutôt contents, on bosse bien, il y a pire que nous. C'est une petite chance pour nous, finalement."

Jérémy Lambert

à franceinfo

Plutôt contents : soulignons cette nuance. En effet, Laurent Mermet-Husson, le directeur marketing des Rousses rappelle que la station vit principalement du ski alpin d'habitude. "Quand on fait 1 de chiffre d'affaires en nordique, on fait 10 en ski alpin, tempère-t-il. Donc, vous imaginez le manque à gagner actuel ! Mais on se contente de ce qu'on a et on est déjà très heureux de pouvoir accueillir des clients."

Optimiste, il se projette sur l'avenir en se disant que ses clients ont découvert pour la première fois les montagnes du Jura et la station des Rousses, et qu'ils deviendront peut-être des clients fidèles.

C'est aussi pour nous une opportunité de faire découvrir à ces nouveaux clients tous les atouts de ces stations de moyenne montagne.

Laurent Mermet-Husson

à franceinfo

Les professionnels de la station espèrent donc revoir ses clients en février, avec cette fois les remontées mécaniques et les restaurants ouverts. Avec la fermeture du domaine de ski alpin et des restaurants ou des centres de vacances, la station emploie actuellement quelque 50 saisonniers en activité partielle. Au plus fort d'une saison normale d’hiver, en février, ils sont près de 140.

Vacances de Noël : la revanche des stations de moyenne montagne - Reportage de Lauriane Delanoé
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.