Une dizaine d'établissements de l'enseignement supérieur suspendent leurs cours après plusieurs cas de Covid-19

Ces contaminations sont dues à des événements festifs tenus dans un cadre privé, précise le communiqué de la ministre Frédérique Vidal.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des étudiants en cours dans un amphithéâtre, le 9 septembre 2020 à Pessac (Gironde). (VALENTINO BELLONI / HANS LUCAS / AFP)

La rentrée universitaire n'échappe pas au rebond épidémique. Des cas de Covid-19, "majoritairement liés à des rassemblements privés", ont été recensés dans une dizaine d'établissements de l'enseignement supérieur, conduisant à la suspension des cours en présentiel, a indiqué lundi 14 septembre la ministre Frédérique Vidal. "Alors même que certains établissements d'enseignement supérieur n'ont pas encore fait leur rentrée, déjà plus d'une dizaine d'entre eux sont confrontés à une circulation très active du virus en leur sein, les amenant à suspendre momentanément les cours en présentiel", assure la ministre de l'Enseignement supérieur dans un communiqué.

Selon le syndicat étudiant Unef, il s'agit de 13 établissements : "Sciences Po Reims, l'Ecole des mines de Nancy, l'Ecole centrale à Lyon, l'ICAM à Toulouse, l'université de Nantes en 2e et 3e années de médecine, Sciences Po Lille, l'université catholique de Lille, l'IAE de Marseille, l'université d'Amiens, l'université Rennes I, l'université de Nice, de Poitiers et de Bordeaux." Des contaminations qui, selon le ministère qui a reçu lundi les associations étudiantes représentatives, seraient "majoritairement liées à des rassemblements privés (soirée étudiante, privatisation de bars...)".

Des étudiants sans masque

"Je sais à quel point le contexte actuel est difficile pour vous tous, et tout particulièrement pour celles et ceux qui ont été privés de lien social du fait de la Covid-19 ces derniers mois. Hélas, nous pouvons tous être exposés. C'est pourquoi j'en appelle à votre engagement collectif, à votre responsabilité individuelle", a demandé la ministre Frédérique Vidal.

La Fage, premier syndicat étudiant, demande au ministère de donner les moyens aux établissements d'assurer les cours : "Certains étudiants n'ont pas de masques, dans les amphis on compte parfois des centaines de jeunes... On a proposé de développer les centres de dépistage (au sein des universités ou des Crous)", a expliqué Paul Mayaux, vice-président de l'organisation étudiante.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.