Mon info, France info

Une application pour éviter l'engorgement des salles d'attente mise au point en Auvergne

Chaque jour, depuis le déconfinement, la France redémarre la machine, et tente de reprendre le cours d’une vie qui ne sera pas tout à fait comme avant. Tour d’horizon d’un pays qui repart, avec France Bleu.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une salle d\'attente dans une clinique à Strasbourg (Bas-Rhin). Photo d\'illustration.
Une salle d'attente dans une clinique à Strasbourg (Bas-Rhin). Photo d'illustration. (CORINNE FUGLER / FRANCE-BLEU ALSACE (+ FB ELSASS))

Rien ne sera plus jamais comme avant. C’est un peu le refrain de la crise du coronavirus. Mais si c’est vrai, certains ont déjà imaginé à quoi ça pourrait ressembler et comment s’adapter. En Auvergne, à Brioude, une société informatique vient de développer une application pour éviter l’encombrement dans les salles d’attente. Difficile d’imaginer, c’est vrai, de se retrouver à nouveau dans une salle bondée chez le médecin. Pierre-Olivier, qui est ingénieur en informatique a eu une idée comme il l’a expliqué à France Bleu Pays d’Auvergne : "La veille de son rendez-vous, le patient reçoit un sms qui l'invite à rester sur le parking ou à proximité du lieu de rendez-vous. Le professionnel de santé a une vision en temps réel des gens qui sont à proximité et il peut en un clic les inviter à venir dans le cabinet ou dans la salle d'attente ou à l'accueil.

 

S’adapter, tout en retrouvant une vie presque normale. C’est un enjeu économique majeur, pour beaucoup de secteurs, comme la construction, ou l’immobilier. Ainsi, les architectes sortent de leur confinement et du télétravail mais tout doucement, comme à Angoulême en région Nouvelle-Aquitaine. Eric Laurent y tient une agence mais là aussi, ce n’est plus comme avant. Il le dit à France Bleu La Rochelle : "En fait, il y a quelques interrogations qui pointent. Nous avions un projet de restaurant mais compte tenu de la situation, il a été annulé. On avait une maison départementale de solidarité pour le conseil départemental qui a été annulée également. On verra à partir de septembre quel sera le bilan."

Les porcelaines de Limoges attendent la reprise 

Les usines commencent à retrouver leur rythme de croisière. Une production normale, ou presque comme à Limoges et Oradour-sur-Glane chez Michel Bernardaud, fabricant bien connu de porcelaine. Mais la reprise, c’est une chose, ce qui inquiète le patron, ce sont les perspectives. comme il l’a confié à France Bleu Limousin : "Les trois moteurs de notre activité, c'est : les mariages et il n'y en aura pratiquement pas cette année, c'est la restauration et on sait ce qui se passe dans ce secteur, et c'est le tourisme. Donc les trois moteurs qui font marcher notre chiffre d'affaires vont être en panne. Donc ça va être un vrai challenge à relever pour tous." 

La bonne nouvelle pour Michel Bernardaud et la porcelaine de Limoges, c’est la fin des 100km pour se déplacer dès mardi 2 juin. Le tourisme va pouvoir reprendre.

Une salle d\'attente dans une clinique à Strasbourg (Bas-Rhin). Photo d\'illustration.
Une salle d'attente dans une clinique à Strasbourg (Bas-Rhin). Photo d'illustration. (CORINNE FUGLER / FRANCE-BLEU ALSACE (+ FB ELSASS))