"Un monde à reconstruire" : 20 organisations syndicales, associatives et environnementales proposent leur plan pour sortir de la crise du coronavirus

Les organisations, dont Attac, la CGT, Oxfam ou Greenpeace, proposent 34 mesures dans la suite de la pétition "Plus jamais ça" pour peser dans le débat public sur "le monde d'après".

Dans le métro du Lyon, le 11 mai 2020, le premier jour du déconfinement.
Dans le métro du Lyon, le 11 mai 2020, le premier jour du déconfinement. (JEFF PACHOUD / AFP)

Il y a deux mois, 20 organisations associatives et syndicales lançaient une pétition et une tribune, "Plus jamais ça". Les organisations signataires, dont Attac, la CGT, Oxfam ou Greenpeace, poursuivent sur leur lancée et proposent un plan de sortie de la crise du coronavirus, mardi 26 mai. Dans un document détaillé de 24 pages intitulé "Un monde à reconstruire", elles égrènent 34 mesures pour "répondre de concert aux enjeux sanitaires, sociaux, économiques et écologiques auxquels font face nos sociétés".

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la pandémie et de ses conséquences dans notre direct

Les organisations, ONG, syndicats ou fondations, se disent "convaincues qu’il n’est pas de réponse à l’urgence écologique sans une réelle justice sociale" et soulignent "l’impérieuse nécessité d’une rupture avec les politiques menées jusqu’à présent". Pour elles, il s'agit rien moins que de "poser les jalons d’un nouveau projet de société".

Il ne s’agit pas de présenter un plan figé, ficelé et définitif. Au contraire, ces propositions ont vocation à être soumises au débat public et sont amenées à être complétées. (…) Nous voulons démontrer le pragmatisme et l’ancrage dans le réel de notre démarche.Les organisations signataires

Décliné en 34 mesures "volontairement précises et le plus souvent chiffrées", le plan se présente comme "une contribution et même un appel au débat public" : "Le monde d’après sera celui que nous serons capables de reconstruire". Ce document entend ainsi "faire la démonstration qu’il y a des alternatives au capitalisme néolibéral, productiviste et autoritaire, et que ces alternatives sont crédibles, désirables et réalisables, à condition que les moyens politiques soient mis au service des objectifs de transformation sociale et de préservation de l’environnement."

La pétition qui a accompagné la tribune "Plus jamais ça" a réuni plus de 180 000 signatures. Les organisations signataires du "plan de sortie de crise" sont : Action Aid, Alternatiba, ANV-COP 21, Attac, la CGT, la Confédération paysanne, la Convergence nationale des services publics, Droit Au Logement, la Fondation Copernic, la FSU, Greenpeace France, Notre affaire à tous, Les Amis de la Terre, Oxfam, Reclaim Finance, Solidaires, l'UNEF, l'UNL, Youth for Climate France et 350.org.