Turbulences en vue pour la compagnie HOP!

La crise sanitaire touche le secteur aérien. Air France s'apprête à supprimer 1 000 emplois chez HOP! sa filiale low cost. Mais à quoi faut-il s'attendre dans les mois à venir ? Victor Gascouat fait le point en plateau.

Le secteur aérien est en crise. Il souffre de la crise du coronavirus et certaines entreprises low cost sont sérieusement touchées. "Sans doute une réduction des vols de 40% comme l'avait annoncé le groupe Air France/KLM en mai dernier. La flotte de HOP!, filiale régionale d'Air France passerait ainsi de 71 à 32 avions. En cause, des comptes dans le rouge. En 2019, le groupe aurait enregistré 200 millions de pertes dont 80 millions attribués à HOP! et l'année 2020, déjà marquée par la crise s'annonce comme une année noire pour le secteur aérien", explique en plateau, mardi 11 août, Victor Gascouat.

Des lignes supprimées

Dans le détail, quelles lignes seront supprimées ? "Air France veut supprimer les lignes régionales les plus déficitaires comme au départ d'Orly et à destination de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) Mulhouse (Haut-Rhin) ou Nantes (Loire-Atlantique). Les vols pour Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), Pau (Pyrénées-Atlantiques) ou Montpellier (Hérault) seront confiés à Transavia. Seront conservées par HOP!, les liaisons qui permettent d'alimenter les deux hubs de Paris ou Lyon. En contrepartie de l'aide de 7 milliards d'euros accordé à Air France, le gouvernement a demandé que soit abandonnées les liaisons à moins de 2h30 en TGV pour des raisons écologiques", avance Victor Gascouat.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un avion de la compagnie aérienne Hop !, le 3 juillet 2020, posé sur le tarmac de l\'aéroport de Morlaix (Finistère).
Un avion de la compagnie aérienne Hop !, le 3 juillet 2020, posé sur le tarmac de l'aéroport de Morlaix (Finistère). (FRED TANNEAU / AFP)