Cet article date de plus de deux ans.

Transports : le port du masque sous surveillance

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Transports : le port du masque sous surveillance
France 2
Article rédigé par
L.Gelabert, C.Colnet, A.Lepinay, A-M Leclercq - France 2
France Télévisions

Ces dernières semaines, les agressions liées au port du masque dans les transports en commun se sont multipliées.  A Lille (Nord), une brigade de sécurité veille.

A Lille (Nord), à l’heure où le train pour Paris arrive en gare, une patrouille de la police nationale veille à ce que chaque voyageur porte un masque. Un jeune homme descend du train sans appliquer la mesure. Il s’en sort avec un simple rappel à l’ordre. "Nous, on est là pour faire respecter la loi. C’est mieux quand les usagers comprennent. On fait de la pédagogie, jusqu’à une certaine limite. Quand on a en face de nous quelqu’un qui ne veut pas comprendre, on le verbalise", explique François Debrouwere, chef du service interdépartemental sécurisation des transports en commun.

La majorité des usagers respecte l’obligation

Composé de 123 policiers, cette brigade spécialisée lutte contre la délinquance. Depuis le déconfinement, elle contrôle surtout le port du masque des les transports lillois. Si la majorité des usagers respecte l’obligation, certains ont tendance à l’oublier. Avec les plus récalcitrants, la tension peut vite monter comme avec cette femme interpellée avec son masque autour du coup. Les 135 euros d’amende ne lui font pas même pas peur. Malgré tout, les agents préfèrent la pédagogie à la répression. Depuis mai 2020, 2 000 personnes ont été verbalisées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.