Tour de France des plages, montagnes, forêts... interdites pour cause de coronavirus

Le préfet des Bouches-du-Rhône prévient vendredi matin qu'il n'exclut pas de fermer d'autres sites si nécessaire.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Pas de plage en période de confinement pour cause de coronavirus. Illustration ici, à la Baule, le 19 mars 2020. (FRANCK DUBRAY / MAXPPP)

Les Français récalcitrants à se conformer aux règles du confinement édictées par l'épidémie de coronavirus ont incité plusieurs préfectures à interdire l’accès aux plages et la randonnée en forêt ou en montagne. "Je n’exclus pas de décider que d’autres sites pourraient être fermés au public si celui-ci s’y concentre", a prévenu vendredi 20 mars au matin sur franceinfo Pierre Dartout, le préfet des Bouches-du-Rhône et de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. "Il faut que les gens sortent beaucoup moins", a-t-il martelé. Le point sur les interdictions préfectorales.

Les plages interdites

Toutes les plages bretonnes sont désormais interdites au public, afin de lutter contre les nombreux "comportements irresponsables et illicites" constatés par les forces de l’ordre. Les préfets des Côtes-d'Armor et d'Ille-et-Vilaine ont ainsi pris des arrêtés dès jeudi 19 mars au matin interdisant l'accès aux plages, imitant le préfet du Morbihan qui avait pris une décision similaire la veille. Selon France Bleu, le préfet du Finistère s’apprête à faire de même. Cette décision s’applique également à l’ensemble des espaces publics du littoral : les ports, les quais, les jetées, les esplanades ou encore les fronts de mer.

Toutes les plages du littoral du département du Nord sont également fermées au public, au moins jusqu'au 31 mars. Cela concerne notamment la plage de Malo-les-Bains, surnommée "la Reine des plages du Nord".

Le préfet de Loire-Atlantique a pris jeudi un arrêté de fermeture de toutes les plages de la côte. Dès mercredi, plusieurs communes comme La Baule, Pornichet ou Pornic avaient déjà pris des dispositions identiques ainsi que le préfet de Vendée.

L'accès aux plages de tout l'arc méditerranéen est interdit à compter depuis jeudi, a indiqué le préfet de la zone de défense et de sécurité Sud, Pierre Dartout. Cette décision a été prise par les préfets des régions de Corse, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Le préfecture maritime a ajouté que toutes les activités de plaisance étaient interdites jusqu'au 31 mars.

En Gironde, la préfecture interdit les déplacements "de toute personne sur les plages, plans d'eau, chemins, sentiers, espaces lunaires, forêts et parcs situés sur le littoral."

Sont ainsi concernées les villes balnéaires de Lège-Cap-Ferret ou encore d'Arcachon.

À Bordeaux même, les quais sur les deux rives de la Garonne sont également interdits parce qu'ils restaient "fréquentés anormalement par les promeneurs et joggeurs" malgré "les consignes strictes de confinement et les contrôles", a justifié la mairie. Cette interdiction concerne tout le centre, depuis le "pont de pierre", construit sous Napoléon 1er, jusqu'au pont Chaban-Delmas.

Dans l’Hérault, les promenades en bord de mer sont aussi interdites en cette période de confinement. Le préfet a pris un arrêté pour interdire toute présence sur les plages du département ainsi qu'au lac du Salagou jusqu'au 31 mars.

Face à l'afflux de promeneurs, malgré les mesures de confinement, plusieurs communes landaises avaient déjà pris des arrêtés municipaux ce mercredi pour interdire l’accès à leurs plages. Plus possible donc depuis mercredi 16 heures d’aller se balader sur le sable à Tarnos et à Ondres.

Les activités en montagne

En Haute-Savoie, toutes les activités de montagne sont interdites depuis jeudi, a indiqué la préfecture sur son compte Twitter.

"Afin de préserver les secours, toutes les activités de montagne, ski de randonnée, alpinisme, escalade en falaise et randonnée pédestre, sont interdites". En cas de non-respect de l'interdiction, il en coûtera une amende de 135 euros.

Dans les Pyrénées, les gendarmes verbalisent les randonneurs qui ne respectent pas le confinement. En cas d’accident en montagne, il faudrait envoyer des secours déjà très sollicités par le coronavirus.

Les randonnées en forêts

La préfecture des Ardennes ou encore celle des Vosges ont prévenu promeneurs et usagers de la forêt, a appris France Bleu. Il est donc interdit de prendre sa voiture pour aller marcher dans la nature, chasser, pêcher ou cueillir des champignons. Les sorties pendant le confinement sont exceptionnelles et seulement à proximité de son domicile, et avec une attestation sur l’honneur.

À Besançon, par exemple, la mairie a publié un communiqué demandant aux habitants de ne plus aller dans la forêt de Chailluz, sa forêt périurbaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.