Tour de France : coureurs et managers espèrent une édition 2021 moins contraignante

Le Tour de France 2020 a finalement réussi à concilier ses différentes étapes avec des mesures sanitaires drastiques. Coureurs et managers espèrent qu'elles disparaîtront en 2021. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les coureurs, dont le béarnais Matthieu Ladagnous (Groupama-FDJ), passent au sommet du col de Marie-Blanque lors de la 9e étape du Tour de France 2020 entre Pau et Laruns (Pyrénées-Atlantiques), dimanche 6 septembre 2020. (DAMIEN GOZIOSO / FRANCE-BLEU BÉARN)

Le Tour de France s’est achevé dimanche 20 septembre avec le triomphe du jeune Slovène Tadej Pogacar sur les Champs-Elysées. Une première victoire dans une Grande Boucle marquée par la pandémie de coronavirus. Le jour du départ, samedi 29 août à Nice, la menace du virus planait sur le 107e Tour de France. Trois semaines et 21 étapes plus tard, l'arrivée sur les Champs-Elysées a montré que le Tour avait réussi à gérer l’épidémie.

"C'est beau que le Tour ait eu lieu"

Placés dans une bulle sanitaire, le peloton et les encadrants ont été soumis des mesures de prudence accrues. Une situation inédite, mais acceptée par les coureurs comme Pierre Rolland, ancien vainqueur d’étape : "C'est beau que le Tour ait eu lieu, et que tout ce qui a été mis en place par ASO ait fonctionné. On doit, nous sportifs, montrer l'exemple de ces gestes barrières pour que la situation s'améliore." 

En-dehors des deux séries de tests programmées la veille et pendant les jours de repos, les équipes ont dû se soumettre à des mesures draconiennes, et même à des séries de tests supplémentaires, pour éviter la sanction suprême et redoutée, une exclusion du Tour. Vincent Lavenu, manager de l’équipe AG2R-La Mondiale, aimerait l’éviter en 2021 : "D'ordinaire, il y a déjà tous les aléas techniques, physiques... La fatigue, les chutes à gérer ... Ce n'est qu'une question de gestion, mais il ne faut jeter la pierre à personne."

"Une fois ça va, deux ce serait trop"

La gestion du public du Tour 2020 est également contrastée. Alors que certaines arrivées, certains départs ou certains cols étaient fermés au public, d’autres lieux ont été pris d’assaut. Des disparités hallucinantes pour Valentin Madouas, qui effectuait son premier Tour : "On a quand même vu beaucoup de public sur les cols ou sur la Planche des Belle Filles. On a quand même eu des moments de plaisir."

On va s'habituer et on espère que ce sera la seule année comme ça.

Valentin Madouas

à franceinfo

Tous espèrent qu'en 2021, le Tour ne sera pas de nouveau menacé par le coronavirus. "Une fois ça, va, deux ce sera trop !", a clairement exprimé Marc Madiot, le manager de l'équipe Groupama-FDJ. "De toute façon, le virus est impalpable, invisible. Le destin fera le reste."

Le Tour est donc passé entre les gouttes, malgré quatre cas de Covid-19 décelés dans l’encadrement de quatre équipes différentes, sans compter celui du directeur de la Grande Boucle Christian Prudhomme, qui a dû s'isoler une semaine.

Le Tour de France a réussi son édition "Covid" : écoutez le reportage de Jean-Pierre Blimo
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.