Covid-19 : "Le coût des tests en janvier est de plus de 1,6 milliard, il va falloir trouver d'autres outils", assure Vincent Maréchal, professeur de virologie

Face au coût des tests Covid, les scientifiques se penchent vers d'autres moyens moins onéreux de suivre l'évolution du virus, comme l'analyse des eaux usées.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un dispositif de prélèvement des eaux usées à Marseille en juillet 2021 pour surveiller l'évolution du variant Delta. (GEORGES ROBERT / MAXPPP)

"On ne va pas pouvoir faire des tests" aussi souvent éternellement. "Le coût des tests en janvier est de plus de 1,6 milliard", a expliqué sur franceinfo Vincent Maréchal, professeur de virologie à Sorbonne Université, un des co-fondateurs du projet Obépine (Observatoire épidémiologique dans les eaux usées), à deux jours de la fin des restrictions en France, et plus globalement de la levée des restrictions sanitaires en Europe.

Face à ce montant, il estime qu'il va "falloir trouver d'autres outils moins chers" et pointe "le suivi dans les eaux usées" comme un "outil excessivement intéressant financièrement" : "On a dépensé 300 000 euros en janvier pour suivre près de 40% de la population" en analysant les eaux usées. Analyser les eaux usées permet de quantifier la circulation d’un virus dans une zone géographique et permet de suivre son évolution d'une région à l'autre. Il faut "évoluer vers des outils qui permettront de suivre les épidémies à moindre coût", affirme-t-il. 

Par ailleurs, l'analyse des eaux usées toucherait un plus large panel que les tests : en effet, la majorité des gens qui se font tester le font parce qu'ils ont des symptômes, ce qui écarte en partie les personnes asymptomatiques mais contagieuses.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tests de dépistage du Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.