Vidéo Testeur anti-Covid : de nombreux jeunes attirés par ce boulot étudiant au salaire généreux

Publié Mis à jour
Testeur anti-Covid : un boulot étudiant au salaire généreux
France 2
Article rédigé par
J. Lonchampt, M.-C. Delouvrié, D. Breysse, R. Laurentin - France 2
France Télévisions

Les tests de dépistage du Covid-19 se sont multipliés depuis les fêtes de fin d'année avec près d'un 1,5 million par jour. Pour cela, un nouveau personnel a été mobilisé : les étudiants.

Des milliers de tests anti-Covid sont effectués par jour. Dans les pharmacies ou encore en plein milieu de la rue, ils sont souvent réalisés par des étudiants, venus en renfort et séduits par des salaires généreux, rapporte France 2 vendredi 28 janvier. À l'image de Tristan Labattut, 21 ans, étudiant en pharmacie à Toulouse (Haute-Garonne). Il prélève des patients depuis neuf mois : "Je fais une cinquantaine de tests par jour, multipliée par à peu près 4 euros." Soit environ 200 euros en une journée pour quatre heures de travail.

Des jeunes parfois livrés à eux-mêmes

Ce boulot étudiant très attractif s'affiche sur internet sous l'intitulé "médiateur anti-Covid". Pour postuler, il faut au minimum le baccalauréat ou un CAP sanitaire ou social, puis suivre deux formations obligatoires. Le problème, c'est que certains jeunes sont seuls pendant les tests, alors que les autorités obligent les pharmaciens à superviser leur travail. "On voit parfois des personnes qui prélèvent et, parce qu'ils ont peur de faire mal, n'entrent que de 3 centimètres dans le nez. Ce n'est pas un test nasopharyngé", s'inquiète Gilles Bonnefond auprès de France 2. Sans accompagnement, ce porte-parole de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officines craint que les résultats soient faussés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.