Patron, chef d'entreprise, France info

Suppressions de postes chez Sanofi: “Inadmissible” alors que “notre entreprise se porte très bien”, s'indigne un représentant Force Ouvrière

Pascal Lopez rappel que le groupe pharmaceutique, qui veut supprimer 1 000 postes, a fait "neuf milliards de résultats" et a décidé d'augmenter les dividendes versés à ses actionnaires. 

Deux techniciens travaillent sur une ligne de production à l\'usine Sanofi de Neuville-sur-Saône (Auvergne-Rhône-Alpes)
Deux techniciens travaillent sur une ligne de production à l'usine Sanofi de Neuville-sur-Saône (Auvergne-Rhône-Alpes) (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Le plan de suppression d'un millier de postes prévu par le géant pharmaceutique français Sanofi dans l'Hexagone est “inadmissible”, alors que “notre entreprise se porte très bien”, a réagi, vendredi 26 juin sur franceinfo, Pascal Lopez, délégué central Force ouvrière au sein de l'entreprise. Le syndicaliste se montre particulièrement inquiet pour les salariés qui vont rester, “la charge de travail, les conditions de travail dégradées”, alors que le groupe a connu plusieurs suicides ces derniers mois.

franceinfo : Quelle est votre réaction à cette annonce de suppressions d'emplois ?

C'est inadmissible, mais c'était tout à fait prévisible puisque nous avions déjà l'information d'un projet d'économies depuis un certain temps. C'est un projet d'économiser deux milliards sur trois ans, et ça se traduit forcément par des suppressions massives d'emplois et on utilise comme variable d'ajustement le personnel.

La direction annonce que c'est sur la base du volontariat. Très bien. Sauf que nous, nous sortons d'une vague de suicides ou de tentatives de suicide en entreprise.Pascal Lopez, délégué Force ouvrièreà franceinfo

On a eu trois suicides depuis le mois d'octobre. Donc il y a une problématique de risques psycho-sociaux majeurs dans l'entreprise. Il y a des salariés qui sont vraiment en souffrance et nous considérons que la gestion du personnel est l'une des principales causes de ce malaise et de ce climat délétère dans l'entreprise.

Comment réagissent les salariés quand on entend que Sanofi a prévu tout de même, malgré les circonstances, de verser un dividende à ses actionnaires supérieur à celui des années précédentes ?

Dans le contexte du Covid, il n'y a pas beaucoup d'entreprises qui ont décidé de maintenir le niveau des dividendes comme l'a fait Sanofi. 

Sanofi est une entreprise qui a fait neuf milliards de résultats. Il ne faut pas oublier que c'est grâce à la crise que l'on a vécue.Pascal Lopezà franceinfo

Il y a beaucoup de médicaments qui ont été consommés par des patients pendant cette période. Notre entreprise se porte très bien. Le problème c'est de savoir pourquoi la direction fait ces économies. Nous on a une réponse, on se trompe peut-être. Mais on pense qu'elle a un projet dont elle ne fait pas état aujourd'hui : peut-être qu'elle ne souhaite pas rester à la septième place mondiale et souhaite progresser dans la hiérarchie et revenir dans la cour des grands puisqu'on était 5e mondial à une époque, et que pour ce faire, ils ont un projet dont ils ne veulent pas nous parler.

Comment les syndicats vont-ils se mobiliser contre ce plan de départ?

Notre principale mobilisation, c'est préserver la santé de nos collègues, des salariés qui ont attenté à leur vie. Ensuite, la problématique de l'accompagnement du plan, ça se discute. Le problème, ce n'est pas vraiment ceux qui partent, c'est plutôt ceux qui restent, la charge de travail, les conditions de travail dégradées, les systèmes d'évaluation qui font qu'on en demande toujours plus aux salariés, des gens qui travaillent, par exemple, 12 heures par jour pour pouvoir atteindre les objectifs de travail qui leur sont assignés. C'est plutôt cette problématique qui est notre priorité.