Suicide des internes en médecine : "Un hommage silencieux" prévu samedi à 14h30 devant le ministère de la Santé à Paris

Un interne s'est suicidé tous les 18 jours depuis janvier, alerte l'Intersyndicale nationale des internes en médecine. En cause, les conditions de travail et la cadence infernale imposée par la crise du Covid-19.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Un rassemblement silencieux est organisé samedi 17 avril à 14h30 devant le ministère de la Santé, organisé par l'Intersyndicale nationale des internes en médecine (Isni), en hommage aux internes qui se sont donné la mort à cause de leurs conditions de travail. Ce contenu n’est pas disponible sur cette version du site afficher les contenus interactifs

"C'est un hommage silencieux à tous les internes tués par l'hôpital public", a expliqué samedi 17 avril sur franceinfo Alexandra De Sousa Dantas, la vice-présidente de l'Isni, alors que cinq internes se sont suicidés en France depuis début janvier, soit un tous les 18 jours. "Les internes ont trois fois plus de risque de se suicider" que le reste de la population du même âge", précise Alexandra De Sousa Dantas.

Jusqu'à "90 heures par semaine" avec le Covid-19

"La situation était déjà alarmante avant la crise sanitaire", rappelle l'interne. Et la crise a "aggravé le mal-être". Une campagne "protège ton interne" a été lancée fin mars par l'Isni, souligne Alexandra De Sousa Dantas, pour "dénoncer les conditions de travail des internes" qui travaillent "plus de 60 heures par semaines" en temps normal, un temps de travail "qui peut aller jusqu'à 90 heures à cause de la crise sanitaire".

Lors de ce "moment de recueillement", seront présentes "trois familles d'internes décédés qui feront une allocution". Des fleurs seront déposées "au pied du ministère de la Santé" ainsi que "des blouses des internes décédés" et des "affiches avec leur prénom et la date des décès". "Notre seule revendication est d'être reçus uniquement avec les familles par le cabinet d'Olivier Véran", ajoute la représentante de l'intersyndicale.

Si vous avez besoin d'aide, si vous êtes inquiet ou si vous êtes confronté au suicide d'un membre de votre entourage, il existe des services d'écoute anonymes. La ligne Suicide écoute est joignable 24h/24 et 7j/7 au 01 45 39 40 00. D'autres informations sont également disponibles sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé.