Stratégie vaccinale : au Sénat, Olivier Véran va devoir répondre à "beaucoup de questions" sur les cabinets de conseil américains

La présidente de la commission des Affaires sociales du Sénat, Catherine Deroche, veut notamment savoir si ces cabinets ont été utiles. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Olivier Véran, le 9 janvier 2021. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Critiqué sur la stratégie vaccinale en France, Olivier Véran va s'expliquer devant les parlementaires mardi 12 janvier. Le ministre de la Santé se rendra d'abord devant la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, puis devant celle du Sénat. Parmi les nombreux points abordés, la consultation des plusieurs cabinets de conseil américains par le gouvernement dans l'élaboration de sa stratégie vaccinale. Invitée sur franceinfo ce matin, Catherine Deroche, la présidente de la commission des affaires sociales du Sénat a expliqué que le ministre de la Santé devra détailler "en quoi ces cabinets les ont aidés" et si ces "conseils ont été appliqués sur le terrain".

Le gouvernement français a fait appel à plusieurs cabinets de conseil pour sa stratégie vaccinale, est-ce problématique ?

Catherine Deroche : Il faut savoir d'abord quelle était la commande. Et ce que les cabinets ont donné comme résultat. Et comment après, cela s'applique sur le terrain ? En quoi ces cabinets les ont aidés et quels conseils ont-ils donné ? Et ces conseils ont-ils été appliqués ? Nous aurons sûrement beaucoup de questions. Ça va être une audition assez courte. Ce sera un jeu de questions réponses, avec une question précise et une réponse précise à chaque fois.

Est-ce qu'il y a un problème particulier avec le ministre Olivier Véran ?

Non, je ne veux pas cibler qui que ce soit. Olivier Véran est dans une situation d'un ministre qui gère une pandémie avec un agenda très chargé. Nous lui avons demandé de venir, il vient, c'est l'essentiel.

"Ce que nous souhaiton c'est que les réponses soient précises et qu'on ne soit pas noyés dans un flot d'autosatisfaction comme c'est le cas lors de certaines auditions."

Catherine Deroche, présidente de la commission des affaires sociales du Sénat

à franceinfo

Si vous convoquez Olivier Véran devant la commission des Affaires sociales, c'est que le ministre n'est pas assez clair lorsqu'il s'exprime tous les jeudis soir ?

Si, c'est un peu clair, mais on est méfiant, chat échaudé craint l'eau froide. On a quand même été un peu échaudés par certains propos au début de la crise. Donc nous souhaitons que les vaccinations arrivent et qu'elles soient faites dans des conditions correctes et que le plus de personnes possibles soient vaccinées dans celles qu'ils le souhaitent. Nous ne sommes pas favorables à une obligation vaccinale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.