C'est mon boulot, France info

Sortie de crise du coronavirus : les salariés voient l'occasion de se reconvertir

Un Français sur deux a été amené à réfléchir au sens de son travail. Pas moins d’un sur quatre envisage une reconversion professionnelle. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un homme passe un entretien dans un bureau. Photo d\'illustration.
Un homme passe un entretien dans un bureau. Photo d'illustration. (MAXPPP)

La crise traversée par les salariés français donne des envies de changement d'après deux études. Ils sont nombreux à se poser la question d’une nouvelle orientation professionnelle. Leurs priorités ont changé, depuis que la crise sanitaire, le confinement, le télétravail forcé ou le chômage partiel sont passés par là. Un salarié sur deux interrogé par le cabinet de prévention des risques psycho-sociaux Empreinte humaine et OpinionWay estime que plus rien n’est pareil. Un tiers d’entre eux ont de nouveaux centres d’intérêt. Et la même proportion ont donné une nouvelle orientation à leur vie.

Des données qui corroborent une autre enquête, parue quelques jours plus tôt. Cette étude Yougov pour Monster laissait apparaître qu’un Français sur deux avait été amené à réfléchir au sens de son travail, et que pas moins d’un sur quatre voulait "faire quelque chose pour changer leur quotidien"Concrètement, ça peut aller loin. Selon Monster, cette soif de changement peut se traduire par "la recherche de nouvelles responsabilités, la concrétisation de projets extra professionnels, voire même une envie de reconversion". Les plus touchés par cette envie de tout plaquer ? Les Franciliens et les plus jeunes, avec des différences de dix points par rapport à la moyenne. Toujours selon les observateurs du site d’emploi Monster, c’est l’exemple de l’investissement du personnel soignant et des professionnels de la "première ligne" qui, en suscitant l’admiration, sont à l’origine de cette volonté de changer quelque chose dans leur vie active.

Un boom des bilans de compétences 

Selon une enquête menée par Les Echos, certains organismes de bilans de compétences ont remarqué "un afflux de demandes" depuis le début de la période de confinement. Même son de cloche chez SoManyWays, qui propose un accompagnement aux professionnels qui veulent reprendre leur carrière en main et changer d’orientation. Les inscriptions aux webinaires ont triplé et un programme en sept jours a connu une explosion du nombre d’inscrits. Le site des Echos cite également une agence d’intérim ou le cas de candidats parisiens qui interrompent des processus de recrutement sur des postes dans la capitale pour se positionner sur des offres en région.

Dans l’enquête produite par Empreinte humaine, un chiffre est frappant : pas moins de 25% des salariés interrogés disent que leur travail n’a pas de sens pour eux ou pour l’entreprise. Il y a de toute évidence des questions existentielles, mais aussi le souhait d’assurer ses arrières. La Banque de France a prévu mardi 9 juin un chômage à 11,5% et certains salariés, dans la crainte d’être touchés, peuvent être tentés d’envisager, avant que ça n’arrive, d’être à l’origine d’un changement professionnel ou d’un déménagement. 

Un homme passe un entretien dans un bureau. Photo d\'illustration.
Un homme passe un entretien dans un bureau. Photo d'illustration. (MAXPPP)