"Si je me fais avoir, je paierai les 135 euros" : des Français qui contournent les règles du confinement témoignent

Cédric organise des apéros en cachette. Alban trouve "le truc" pour courir plus d'une heure par jour. Quant à Edouard, il s'autorise quelques détours grâce à son attestation employeur.

Un joggeur court le long de l\'Arc-de-Triomphe, le 17 mars 2020, à Paris.
Un joggeur court le long de l'Arc-de-Triomphe, le 17 mars 2020, à Paris. (MAXPPP)

L'invitation est envoyée par SMS : "Apéro sur le palier ce soir. OK pour toi ?" Deux heures plus tard, à 20h30, après que la France a applaudi ses soignants, les cinq voisins débarquent au fond du couloir, un paquet de Curly dans une main, des canettes de bière dans l'autre. Le plus proche habite la porte juste derrière. Le plus aventurier n'a eu que trois étages à monter. Ce soir-là, dans cet immeuble situé dans le 13e arrondissement de Paris, "ça sent la vraie vie".

>> Toutes les infos sur l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

Les fesses posées à même le parquet, on papote de tout et de rien. Cédric, à l'initiative de ce mini-rassemblement clandestin, rappelle quand même les gestes barrières : on laisse un bon mètre entre chacun, on ne trinque pas, et on ne se touche pas. "En deux heures, c'était plié", raconte le trentenaire.

Tout le monde est rentré dans son appartement avec le sourire. Ça nous a fait un bien fou à tous, on avait besoin de lâcher prise.Cédricà franceinfo

Le petit groupe de voisins n'est pas le seul à avoir pris "quelques libertés" avec les fameuses règles de distanciation sociale imposées par les autorités depuis la mi-mars pour combattre le coronavirus. Après cinq semaines de confinement, partout dans le pays, "ça craque" parfois. Des jeunes et des moins jeunes, des citadins et des ruraux pour qui cet "écart de conduite" devenait indispensable.

"Mon patron ne serait pas très content"

En Vendée, le véhicule utilitaire d'Edouard ne lui sert pas seulement à se rendre sur des chantiers. Le soir, après le travail, l'artisan s'autorise quelques détours avant de rentrer. "Je vais voir des copains et des copines, histoire de décompresser un peu, explique-t-il, en déchargeant sa camionnette. Mon patron ne le sait pas et c'est mieux comme ça. Il ne serait pas très content." Quant aux gendarmes, il ne les a pas encore croisés. Et "au pire", que risque-t-il s'il se fait arrêter ? "J'ai l'attestation de mon employeur, je leur montre et je dis que c'est un déplacement professionnel." Circulez, il n'y a rien à voir.

Un joggeur court le long de la mer, le 8 avril 2020, à Nice (Alpes-Maritimes).
Un joggeur court le long de la mer, le 8 avril 2020, à Nice (Alpes-Maritimes). (ARI? BOTBOL / HANS LUCAS)

Pour pouvoir continuer son footing au-delà des soixante minutes autorisées par jour, Alban a aussi trouvé "un truc" : il ne remplit pas une, mais deux attestations de déplacement. La première sur une feuille sur laquelle il indique l'heure exacte à laquelle il quitte son appartement parisien... et une seconde, numérique, réglée une heure après, qu'il garde au chaud dans son smartphone. Ni vu, ni connu. Rue de Tolbiac, puis avenue de Choisy, puis avenue d'Italie… Le voilà parti pour 10, 15 ou 20 km, chaussures de running aux pieds. "J'ai pensé à cette parade tout seul, assure-t-il. L'unique moment compliqué, c'est la transition entre les deux attestations. Si les flics me contrôlent là... J'aurai du mal à justifier le fait d'être à 600 m de chez moi à 20h05 alors que mon attestation est censée commencer à 20h03."

Quand j'aperçois des policiers au loin, je m'écarte. Après, je le sais hein... Si je me fais avoir, eh bien je paierai les 135 euros et ce sera bien fait pour moi.Albanà franceinfo

Philippe, qui se "déguise" en sportif pour rejoindre des dîners loin de son lieu de confinement, ne voit vraiment pas comment il pourrait être "grillé". "Je cache la bouteille de vin dans un tote-bag et je me mets à trottiner jusqu'à arriver à bon port, décrit-il. Franchement, à part si je sens l'alcool en rentrant chez moi, je suis tranquille."

"On sait qu'on passe à côté de certains délits"

Après coup, Pascal reconnaît, lui, ne pas être "passé loin de l'amende" il y a quelques jours, en arrivant "un peu en avance" à un rendez-vous amoureux près de Metz (Moselle). "Je me suis garé sur le parking d'un stade en attendant. J'avais à peine serré le frein à main que des policiers ont toqué à ma vitre. Là, OK, j'ai flippé. Je leur ai raconté que je venais de faire les courses et que je voulais prendre l'air avant de rentrer chez moi. Ils m'ont cru et ils sont repartis."

Depuis la mise en place des contrôles, d'autres ont eu moins de chance : 704 000 amendes ont été dressées pour des entorses aux règles du confinement à la date du 19 avril, selon le ministère de l'Intérieur. "Et encore, on sait qu'on passe à côté de certains délits", conçoit tout à fait ce policier en poste dans le nord de Paris.

On n'est pas dupes, on sait pertinemment que certains ont des combines, qu'ils essaient de nous berner. Mais que voulez-vous ? On ne peut pas contrôler tout le monde, tout le temps.Un policierà franceinfo

Dans son commissariat, quatre ou cinq personnes finissent chaque jour en garde à vue pour non-respect du confinement. "Une fois pris la main dans le sac, tout le monde a une bonne excuse à sortir, constate le fonctionnaire. Le coup de l'imprimante en panne, du smartphone qui ne marche pas... Si on ne les arrête pas, ils considèrent qu'ils ont gagné, qu'ils nous ont eus."

"Mon ami m'est tombé dessus, il m'a sermonné"

A vrai dire, plus que la contravention elle-même, c'est surtout le regard des proches que redoutent les personnes que franceinfo a interrogées. Pas grand-monde ne se vante de ces tours de passe-passe, tout reste secret. Au détour d'un appel par Skype, Cédric a justement eu "le malheur" d'évoquer ses apéros sur le palier à un ami d'enfance. Patatras : "Il m'est tombé dessus, il m'a sermonné, j'étais devenu Satan."

A écouter certains proches, je mériterais de finir en taule.Cédricà franceinfo

Edouard pensait également faire sourire ses copains en leur envoyant sur WhatsApp une photo de l'endroit où il se trouvait. Sous sa question, "Où suis-je ?", les réponses ont bien fusé. Mais ce n'étaient pas celles qu'il imaginait. "Pas chez toi", s'agace le premier. "Toujours pas chez toi", balance un autre dans la foulée. "Ça m'a clairement vexé, marmonne-t-il. J'avais l'impression qu'on me faisait la morale. Depuis, je ne dis plus rien. Point barre."

Un passant montre son attestation de déplacement à un policier, le 11 mars 2020, à Paris.
Un passant montre son attestation de déplacement à un policier, le 11 mars 2020, à Paris. (ROMAIN LONGIERAS / HANS LUCAS)

Alban, qui "gratte quelques minutes" sur ses sorties sportives, n'a en effet pas "le sentiment de faire quelque chose de mal". En sifflant quelques Heineken de temps en temps avec ses voisins, Cédric n'a pas davantage "l'impression d'être un criminel". "On autorise des familles à vivre ensemble. Mais des voisins qui ne voient jamais personne, qui restent tout le temps chez eux, c'est non... Pardon, mais il y a un truc qui cloche, peste-t-il. Et franchement, c'est rien par rapport à tous ceux qui ont pris la route pour aller se réfugier en Normandie."

A un moment donné, tu as envie de voir des gens autrement que par écrans interposés. C'est peut-être égoïste mais, me concernant, je ne tenais plus. Il fallait, j'en avais besoin. Je vis seul, cette ambiance de fin du monde me pesait trop.Cédricà franceinfo

"Vous pouvez tuer quelqu'un avec un apéro"

A l'hôpital Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis) où il voit les malades défiler, Olivier Bouchaud manque de s'étrangler quand il entend ce genre de propos. "En fait, oui : vous pouvez tuer quelqu'un avec un apéro", recadre le chef du service des maladies infectieuses et tropicales. L'autre jour, un infirmier lui racontait que ses voisins d'en face avaient réuni toute la famille autour d'un barbecue. "Il me décrivait des gens qui se congratulaient, qui s'embrassaient. Bref, la vie semblait belle pour eux. Je suis pourtant quelqu'un de très calme mais là, je ne vous dis pas les noms d'oiseaux que j'ai prononcés. J'étais très en colère."

Ces gens ne se rendent pas compte qu'ils exposent des inconnus, que chaque contact peut être un vecteur de contamination.Olivier Bouchaudà franceinfo

De son côté, Jean-François Delfraissy, à la tête du Conseil scientifique sur le Covid-19, avait parlé de "suicide collectif" sur BFMTV, face à une telle désinvolture.

Pas de quoi refroidir Sylvain qui prépare l'anniversaire-surprise de son épouse pour début mai, dans leur trois-pièces parisien. "J'ai donné quelques consignes à la poignée de convives qui seront là, explique-t-il. Je leur ai dit d'arriver après le service des gardiens, histoire de ne pas éveiller les soupçons. Et on mettra la musique tout doucement." Comme s'il ne fallait pas réveiller le virus.