Sécurité sociale : le déficit est revu à 52,2 milliards d'euros en 2020, un niveau "très préoccupant", selon le ministre des Comptes publics

La crise sanitaire du Covid-19 "plonge dans le rouge les comptes publics de manière générale et singulièrement les comptes sociaux", a indiqué Gérald Darmanin devant les commissions des Finances et des Affaires sociales de l'Assemblée nationale.

Un conseiller de la Caisse primaire d\'assurance Maladie (CPAM) à Strasbourg, le 25 mai 2020. 
Un conseiller de la Caisse primaire d'assurance Maladie (CPAM) à Strasbourg, le 25 mai 2020.  (FREDERICK FLORIN / AFP)

Le déficit de la Sécurité sociale devrait atteindre un niveau "historique" de 52,2 milliards d'euros en 2020, soit sensiblement plus que les 41 milliards d'euros annoncés fin avril, a indiqué mardi 2 juin le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin.

La crise sanitaire "plonge dans le rouge les comptes publics de manière générale et singulièrement les comptes sociaux", a souligné le ministre lors d'une audition devant les commissions des Finances et des Affaires sociales de l'Assemblée nationale.

"A l'heure où je vous parle, nous sommes à une dégradation de 52,2 milliards d'euros, c'est-à-dire qu'on a une dégradation (...) d'un peu plus de 10 milliards d'euros" par rapport à la dernière prévision du gouvernement, a expliqué Gérald Darmanin."Evidemment ce sont des chiffres très préoccupants" et "extrêmement inquiétants", a-t-il ajouté, en évoquant un déficit "historique" pour la Sécurité sociale.

Pas de projet de loi de financement de la Sécurité sociale rectificatif

Lors d'une audition face au Sénat le 22 avril, Gérald Darmanin avait évalué le déficit 2020 à 41 milliards d'euros, soit un niveau "jamais vu". Le précédent record, atteint en 2010 durant la crise financière, était de 28 milliards d'euros.

En un mois, les prévisions économiques de l'exécutif se sont dégradées : mardi matin, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a annoncé une récession de 11% cette année, contre une récession de 8% annoncée précédemment.

Malgré cette nouvelle révision, le ministre des Comptes publics a exclu mardi de présenter un projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) rectificatif, les prévisions du gouvernement étant à ce stade encore très dépendantes de l'évolution de la situation."Il faut que les choses se stabilisent, ce qui va commencer je crois avec le déconfinement", a-t-il expliqué, disant vouloir attendre pour préciser la trajectoire prévue par le gouvernement pour les comptes sociaux.