Sécurité sociale : le déficit attendu cette année à 44,4 milliards d'euros, un niveau record

En plein contexte d'épidémie de Covid-19, il avait d'abord été estimé à 52 milliards d'euros cette année, mais il y a eu des rentrées d'impôts et les cotisations ont été moins mauvaises que prévu.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le déficit de la Sécurité sociale devrait atteindre le niveau record de 44,7 milliards d'euros en 2020 en France. (RAPHAEL DE BENGY / HANS LUCAS / AFP)

Plombé par le Covid-19, le déficit de la Sécurité sociale devrait atteindre le niveau record de 44,4 milliards d'euros cette année et de 27,1 milliards d'euros en 2021, a dévoilé mardi 29 septembre le gouvernement. Le précédent record, atteint en 2010 durant la crise financière, était de 28 milliards d'euros.

Le déficit pour 2020 avait été estimé en juin à 52 milliards d'euros, mais cette prévision a été revue à la baisse en raison d'une récession "légèrement moins forte" par rapport à ce qui était redouté au début de l'été, entraînant davantage de rentrées d'impôts et de cotisations. Ce renflouement est également dû à un versement "exceptionnel" du fonds de réserve des retraites (FRR), qui rembourse opportunément une veille "soulte" appartenant au régime des électriciens et gaziers.

Mais les dépenses de santé continuent de se creuser à cause de la crise sanitaire : malgré une baisse des remboursements chez les soignants libéraux, les mesures liées à l'épidémie (masques, tests, arrêts de travail, prime dans les hôpitaux...) font ployer la branche maladie, qui devrait afficher un déficit de 30 milliards en 2020. 

Du côté de la branche retraites, le déficit serait de 7,9 milliards cette année grâce au versement du FRR, mais il "se maintiendrait" à 8 milliards en 2021. La branche famille, qui plongerait dans le rouge en 2020 (-3,3 milliards), "redeviendrait excédentaire" l'an prochain (+0,9 milliard), en raison notamment d'une faible revalorisation des prestations liées à l'inflation, "la crise freinant les prix". La branche accidents du travail suivrait la même trajectoire, avec un léger déficit cette année (-0,3 milliard) suivi d'un retour dans le vert dès 2021 (+0,5 milliard).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.