Nouvel An : des fêtes s’organisent malgré les règles sanitaires

Alors que les mesures sanitaires restent très strictes pour la soirée du 31 décembre, certains jeunes Français veulent tout de même braver les règles et festoyer.

FRANCE 3

Trouver une fête pour le réveillon du Nouvel An en pleine pandémie du Covid-19 n'est pas si compliqué. En un clic, les propositions de soirées clandestines fleurissent sur les réseaux sociaux. À Paris, à Bordeaux (Gironde), ou encore en Bretagne, on promet trois jours de fête avec 25 DJs venus de toute l'Europe. Certains organisateurs expliquent même comment échapper aux contrôles. "Au cas où une complication se produit (la police), il faudra rester à l'intérieur de la maison et seul le propriétaire sort", peut-on lire dans une story, sur Instagram.

135 euros d’amende

Selon un sondage, 64% des 18-24 ans comptent se rendre à une soirée le 31 décembre, alors que ce chiffre tombe à 31% chez les personnes âgées de plus de 55 ans. La plupart comptent respecter les recommandations : se retrouver à six maximum, en respectant les gestes barrières. Pour rappel, en cas de violation du couvre-feu, les fêtards contrevenants encourent 135 euros d'amende.

Le JT
Les autres sujets du JT
Alors que les mesures sanitaires restent très strictes pour la soirée du 31 décembre, certains jeunes Français veulent tout de même braver les règles et festoyer.
Alors que les mesures sanitaires restent très strictes pour la soirée du 31 décembre, certains jeunes Français veulent tout de même braver les règles et festoyer. (FRANCE 3)