Retour des élèves à l'école : "La France est parmi les pays qui ont le mieux réussi leur déconfinement scolaire", affirme Jean-Michel Blanquer

Le ministre de l'Education nationale reconnaît "des insuffisances" mais estime que la France s'en est mieux sortie que ses voisins européens. Il insiste sur les 90% d'enseignants présents.

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l\'Education nationale, le 29 mai 2020, sur franceinfo.
Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale, le 29 mai 2020, sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Plus de 80 % des écoliers et près de 75 % des collégiens ont retrouvé le chemin de l’école depuis lundi 22 juin, a annoncé, mercredi 24 juin, le ministère de l’Education nationale. Le taux moyen de reprise de l’école est de 85 % en zone urbaine, certains territoires ruraux pâtissant encore des contraintes sanitaires. Invité sur franceinfo mercredi soir, Jean-Michel Blanquer, a réagi à ces chiffres. Pour le ministre de l'Education, "on revient de loin, c'est beaucoup plus difficile de déconfiner que de confiner".

"La reconquête du mois de juin "

"Depuis le 11 mai, nous remontons une pente, il fallait d'abord avoir un protocole sanitaire strict pour regagner la confiance des uns et des autres. On a procédé étape par étape et on arrive à la dernière étape avec un protocole sanitaire plus simple qui nous permet d'accueillir tout le monde à l'école et au collège", défend Jean-Michel Blanquer

Jean-Michel Blanquer se félicite également du fait que les collégiens soient plus nombreux en classe en cette fin de mois de juin que les années précédentes à la même époque. "La reconquête du mois de juin" est en cours "on continuera à faire des efforts jusqu'au 4 juillet", a indiqué le ministre de l'Education nationale.

Reprendre le contact avec les élèves

Jean-Michel Blanquer a insisté, sur "les élèves décrocheurs qui ne sont pas revenus, c'est pour cela qu'il y a un enjeu social et éducatif majeur". Jean-Michel Blanquer reconnaît "des insuffisances", comme il peut y en avoir "dans une crise aussi grave que celle-ci mais si on se compare à d'autres pays, la France est parmi les pays qui ont le mieux réussi leur déconfinement scolaire". Même si on n'est pas dans une situation normale "l'immense majorité des professeurs, plus de 90%, sont de retour, les autres peuvent avoir des problèmes de santé qui sont attestés".

Je ne pouvais pas imaginer que les élèves restent en dehors de l'école de mars à septembre et là l'objectif est en très grande partie accompli, c'est un enjeu d'unité nationale que l'enjeu de l'école, on peut être fier de ce qui se passe.Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationaleà franceinfo

"L'objectif c'est de s'adapter à la situation", poursuit Jean-Michel Blanquer. Il faut, selon le ministre de l'Education nationale, "consolider les savoirs des élèves, les projeter dans la rentrée prochaine, que nous préparons pour qu'elle soit le plus normal possible, pour qu'on puisse accueillir tous les élèves. Il était absolument nécessaire que ce contact soit repris, c'est plus qu'un contact, c'est une vraie scolarisation", se réjouit Jean-Michel Blanquer."Deux semaines, ce n'est pas rien, ça permet aux élèves de ne pas avoir une interruption qui autrement aurait été beaucoup trop longue."

Le plan pour la rentrée dévoilé dans une semaine

"Nous devons avoir des dispositifs spécifiques, nous y travaillons actuellement pour la préparation de la rentrée scolaire, dans une semaine je dévoilerai notre manière de procéder", annonce Jean-Michel Blanquer. Le ministre estime que "cela repose sur des évaluations de début d'année pour voir le niveau de chaque élève de manière très personnalisée, explique le ministre. On va renforcer le dispositif devoir fait, on va se donner les moyens d'un accompagnement personnalisé à l'école, au collège et au lycée en ciblant les élèves qui en ont le plus besoin. Dans l'intervalle, on a les vacances apprenantes pour maintenir une exigence éducative", ajoute-t-il.