Cet article date de plus d'un an.

Reportage "C'est la triple épidémie, on est vraiment dedans" : à l'hôpital Bichat, tous les lits sont occupés au service des maladies infectieuses

Près de 24 000 malades du Covid sont actuellement hospitalisés en France et les hôpitaux engorgés doivent aussi gérer les épidémies de grippe et de bronchiolite, qui touchent sévèrement les nouveaux nés et les personnes âgées. Exemple à l'hôpital Bichat, à Paris.
Article rédigé par Solenne Le Hen
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
L'hôpital l'hôpital Bichat - Claude-Bernard, à Paris, en 2020. (ALAIN JOCARD / AFP)

Le sapin de Noël dans le couloir a beau égayer le service des maladies infectieuses de l'hôpital Bichat à Paris, tous les lits sont occupés. Le Dr Nathan Peiffer-Smadja fait la visite : "Dans cette chambre, il y a un patient avec une grippe, on a une autre chambre avec un patient Covid, énumère l’infectiologue. On a deux patients Covid aussi dans le secteur d’en face, on a trois patients Covid en bas."

>> Le Covid-19 a fait 160 000 morts en France depuis le début de l'épidémie

Aujourd'hui, près de 24 000 malades du Covid sont hospitalisés en France, un nombre évidemment en hausse avec la neuvième vague de l'épidémie qui sévit. Mais en fait, depuis l'arrivée il y a un an du variant Omicron, il n'y a jamais eu vraiment d'accalmie : 13 000 malades sont hospitalisés au minimum. "On a toujours un fond de patients avec des pneumonies-Covid, on a toujours des patients Covid sévères y compris en réanimation et des décès liés au Covid", explique le Dr Peiffer-Smadja.

Des services engorgés, des médicaments moins efficaces

Encore et toujours des patients Covid, non vaccinés ou alors vaccinés mais très fragiles, immunodéprimés par exemple. Des patients qui restent plus longtemps qu'avant à l'hôpital. "Ce n’est plus du tout le même profil qu’avant, les Covid très aigus, très sévères qui passent en quelques jours ou alors s’aggravent très vite, explique le Dr Peiffer-Smadja. Là, ce sont des gens qui vont avoir un Covid et plusieurs complications comme une décompensation cardiaque. C’est très rare qu’ils restent moins d’une semaine".

Autre problème, les médicaments utilisés jusqu'à présent contre le Covid pour ces patients, les anticorps monoclonaux, sont moins efficaces. "Avec les variants actuels, ces anticorps ne fonctionnent plus beaucoup, admet le Dr Nathan Peiffer-Smadja. On est vraiment en difficulté sur le plan thérapeutique parce qu’il n’y a pas grand-chose."

Enfin, alors qu'une aile du service est toujours fermée pour cause de pénurie de personnel, les patients continuent d’affluer. Les lits d'hospitalisation sont ouverts au compte-gouttes dans ce service pour des patients adultes de plus en plus nombreux. "Il y a une grosse pression sur les grippes sévères et comme on a eu beaucoup, ces dernières semaines, de patients adultes, avec ce virus de la bronchiolite, il y a des patients fragiles qui ont fait des pneumonies. Là, c’est la triple épidémie. On est vraiment dedans et on ouvre des lits au-delà de nos capacités dans plusieurs services de l’hôpital pour essayer d’admettre les patients aux urgences", déplore l'infectiologue.

Contre ces trois virus respiratoires, les médecins demandent aux Français les plus fragiles de respecter les gestes barrière durant cette période de fêtes et de se faire vacciner contre la grippe et le Covid. Des vaccins contre le virus responsable de la bronchiolite sont, eux, en projet pour les personnes âgées.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.