Réouverture des stades : "Le sport n’a de sens que dans ce lien entre les sportifs et les spectateurs", affirme Marie-Georges Buffet

La députée PCF et ancienne ministre des Sports estime que "s’il y a reprise des matchs, il faut qu’on autorise les clubs à organiser de façon très sérieuse le retour des spectateurs dans les stades".

Marie-Georges Buffet, députée PCF de Seine-Saint-Denis et ancienne ministre des Sports, à l\'Assemblée nationale à Paris, le 14 avril 2020.
Marie-Georges Buffet, députée PCF de Seine-Saint-Denis et ancienne ministre des Sports, à l'Assemblée nationale à Paris, le 14 avril 2020. (STEPHANE LEMOUTON / POOL)

"Le sport n’a de sens que dans ce lien entre les sportifs et les spectateurs", affirme mercredi 27 mai sur franceinfo la députée PCF de Seine-Saint-Denis et ancienne ministre des Sports Marie-Georges Buffet. Elle plaide pour une reprise des championnats qui sont à l'arrêt en raison de l'épidémie de coronavirus. L'ancienne ministre évoque notamment le football et la Ligue 1, mais avec du public dans les tribunes : "Je suis contre la reprise du championnat sans supporters parce que je trouve que cela perd du sens." Mais avec des règles sanitaires à respecter. "On est capable dans un club de gérer que des spectateurs, en nombre limité, puissent entrer dans le stade, se répartir, porter des masques", affirme-t-elle.

franceinfo : Vous plaidez, vous, pour une reprise avec du public dans les stades ?

Marie-Georges Buffet : Oui, je pense que le sport n’a de sens que dans ce lien entre les sportifs et les spectateurs, et notamment en matière de football. Donc je pense que si on autorise le Puy du Fou à rouvrir avec des tribunes de plusieurs milliers de personnes, on est capable dans un club de gérer que des spectateurs en nombre limité puissent entrer dans le stade, se répartir, avec des masques et assurer la sécurité sanitaire. Autant je suis contre la reprise du championnat sans supporters parce que je trouve que cela perd du sens, autant je pense que, s’il y a reprise des matchs, il faut qu’on autorise les clubs à organiser de façon très sérieuse le retour des spectateurs dans les stades.

S’adapter, ce sera toujours mieux que du huis clos ?

Bien sûr. Le sport, c’est la maîtrise physique, le dépassement de soi, la compétition, c’est tout cela. Mais c’est aussi un rapport avec des hommes et des femmes de toute catégorie sociale. Le stade, c’est un mélange social comme on en voit rarement donc on ne va pas casser tout cela. Alors on peut bien sûr regarder un match sur son écran, on va admirer les gestes techniques mais on n’aura pas cet enthousiasme autour du sport.

C’est un appel aussi à la responsabilité des supporters si jamais ils venaient à pouvoir accéder au stade ?

On a fait un rapport sur les supporters, sur leurs droits et leurs devoirs. Les supporters ont des droits mais ils ont des devoirs. Je pense qu’il faut responsabiliser les associations de supporters en imposant par exemple qu’elles demandent un agrément pour obtenir plus de droits mais aussi les rendre responsables de leur comportement.