Réouverture des plages : les Français "souffrent de ne pas pouvoir accéder à la mer", assure le président de la région Bretagne

"Les maires peuvent, avec discernement et en lien avec les préfets, faire des choix opportun", a estimé sur franceinfo Loïg Chesnais-Girard, qui demande que les Français puissent retrouver les plages à partir du 11 mai.

L\'entrée de la grande plage d\'Audierne (Finistère), interdite au public, le 30 avril 2020.
L'entrée de la grande plage d'Audierne (Finistère), interdite au public, le 30 avril 2020. (QUEMENER YVES-MARIE / MAXPPP)

Depuis la présentation du plan de déconfinement, le hashtag "rendez-nous la mer" est apparu sur les réseaux sociaux. De nombreux Français veulent pouvoir retourner sur les plages dès le 11 mai. Des élus se sont joints à cet appel. "Les maires peuvent, avec discernement et en lien avec les préfets, faire des choix opportun", a estimé samedi 2 mai sur franceinfo Loïg Chesnais-Girard, président (PS) de la région Bretagne.

>> Coronavirus : déconfinement, bilans, masques… Retrouvez toutes les informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

"L'objectif est de rester sérieux et de travailler avec les règles sanitaires qui ont été données", explique Loïg Chesnais-Girard. "Dans ce cadre-là, nous pensons que les maires pourraient avoir l'autorité d'ouvrir ou non les plages, selon les cas, pour qu'on puisse marcher, prendre l'air, s'isoler comme d'autres s'isolent en montagne ou en forêt. Il y a aussi la question du sport."

En Bretagne, "il y a 500 plages, donc 500 cas différents. Il y a aussi le cas des îles où il y a des habitats avec presque pas de jardins et où les îliens se retrouvent en situation de mal être." Les Français "souffrent de ne pas pouvoir accéder à la mer, notamment ceux qui habitent le long du littoral et pour qui la mer est leur jardin, leur parc", a insisté Loïg Chesnais-Girard. 

En cas de problème, "nous reviendrions en arrière. Il n'y a pas de problème", a assuré le président de la région Bretagne.