Réouverture des discothèques : "J’ai fait le tiers de ma jauge", déplore un gérant en Loire-Atlantique

Christian Jouny regrette que "si le seuil de rentabilité ne peut pas être atteint", le risque est de fermer à nouveau ses établissements.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des personnes dansent dans la boîte de nuit "La Dune" à La Grande Motte, (Hérault), le 10 juillet 2021. (SYLVAIN THOMAS / AFP)

"Cette soif de faire la fête" espérée avec la réouverture des boîtes de nuit "n'est pas réellement au rendez-vous", a regretté samedi 10 juillet sur franceinfo Christian Jouny, délégué général du Syndicat national des discothèques et lieux de loisirs. "J’ai fait le tiers de ma jauge" dans les trois établissements qu’il possède en Loire-Atlantique, raconte-t-il.

>> "On renaît, on revit" : les danseurs retrouvent les discothèques après des mois de fermeture

S’il "faut tenter plusieurs ouvertures avant de tirer les leçons", Christian Jouny se laisse deux semaines, "vers le 20 juillet, où on sera en capacité d'apporter des réponses concrètes à cette situation-là". Le gérant de discothèques explique que le risque est de fermer à nouveau, car "si le seuil de rentabilité ne peut pas être atteint, ça va poser un problème de fond. Après 16 mois d'arrêt, nos trésoreries se retrouvent considérablement endettées, sans avoir de très grosses capacités d'autofinancement", assure-t-il.

Christian Jouny regrette également de ne pas avoir pu proposer de tests antigéniques à l’entrée de ses établissements. "La Direction générale de la Santé, et c'est ce qui m'inquiète particulièrement, semble indiquer que rien ne pourra se mettre en place avant un mois. Si c'est le cas, c'est évidemment regrettable et extrêmement difficile", conclut-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.