Réouverture des cinémas le 19 mai : "C'est un ouf de soulagement, on va pouvoir enfin faire notre métier", se réjouit le président de la Fédération Nationale des Cinémas Français

Fermées de nombreux mois depuis le début de la crise du Covid-19, les salles de cinéma vont de nouveau pouvoir accueillir du public, avec des jauges limitées, à partir du 19 mai. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le cinéma Gaumont Champs-Élysées (25 février 2021). (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS)

"C'est un ouf de soulagement, on va pouvoir enfin faire notre métier", s'est enthousiasmé ce jeudi sur franceinfo Richard Patry, le président de la Fédération Nationale des Cinémas Français (FNCF) après l'annonce par Emmanuel Macron de la réouverture notamment des cinémas le 19 mai. Le chef de l'État va dévoiler vendredi dans la presse quotidienne régionale le calendrier d'un déconfinement progressif en 4 étapes. La réouverture des commerces, des terrasses, des musées, des salles de cinéma et des théâtres, avec des jauges limitées, est prévu le 19 mai. Le couvre-feu sera alors repoussé à 21h.

franceinfo : Comment réagissez-vous à cette nouvelle ?

Richard Patry : On attendait cette date avec une impatience non dissimulée. 189 jours aujourd'hui de fermeture des salles de cinéma depuis la mi-octobre, 300 jours au total au 19 mai. C'est pour nous un ouf de soulagement ! Enfin, nous allons pouvoir accueillir d'un côté les films, de l'autre côté le public. On va pouvoir enfin se sentir utile. On va pouvoir enfin faire notre métier. On va pouvoir être un lieu où les Françaises et les Français vont pouvoir venir se détendre, se cultiver, penser à autre chose qu'à ce satané virus dans des conditions optimales de sécurité. C'est pour nous un grand soulagement que cette annonce.

A partir du 19 mai, le couvre-feu sera repoussé à 21h. Savez-vous si le ticket de cinéma pris avant permettra aux spectateurs de rentrer chez eux après 21h ?

Nous avons fait cette demande auprès du gouvernement, ce n'est pas arbitré aujourd'hui. Tout ce qu'on aura en plus, ça sera du plus. Il y aura une jauge à 35%. Tout le monde me dit : est-ce que vous allez vous en sortir avec une jauge à 35% ? Aujourd'hui, notre jauge est à 0%. Alors je peux vous dire que 35% c'est déjà mieux. Le couvre-feu à 21 heures, ça veut dire faire une dernière séance à 19h. Là aussi, c'est mieux que rien. Bien sûr, si le gouvernement peut faire un effort et nous donner cette dérogation supplémentaire, on la prendra. L'important, c'est bien sûr et avant tout la sécurité du public et de nos collaborateurs. L'important, c'est qu'on soit là, qu'on soit ouvert, qu'on joue notre rôle et que nos concitoyens puissent venir se détendre dans une salle de cinéma et reprendre un semblant de vie normale.

Avez-vous la confirmation d'une ouverture progressive des cinémas : un tiers, puis deux tiers, puis toute la salle au début de l'été ?

C'est sur ce schéma que nous travaillons depuis maintenant plus d'un mois avec le gouvernement, la ministre de la Culture, le Centre national du cinéma. Donc effectivement, cela fait plusieurs semaines qu'on évoque ce 35%, puis 66%. Le 35% dans les salles cela se traduira par deux fauteuils laissés libres à côté de personnes venant seules ou accompagnées. Vous aurez deux fauteuils vides à votre droite et deux fauteuils à votre gauche pendant les trois premières semaines. Et puis, un seul fauteuil, ce qui était déjà le cas dans la période des deux confinements de juin à octobre et puis un retour à la normale fin juin. C'est effectivement sur ce schéma-là que nous travaillons.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.