Rentrée scolaire : le Snes-FSU a déposé un préavis de grève dans le secondaire pour la semaine du 3 au 7 janvier

Le syndicat d'enseignants du secondaire ne réclame pas la fermeture des écoles, mais des mesures de protection et de prévention pour "protéger au mieux élèves et personnels".    

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une salle d'étude dans un lycée parisien; le 17 juin 2015. (MARTIN BUREAU / AFP)

Le Snes-FSU, principal syndicat d'enseignants du secondaire, a déposé un préavis de grève pour la semaine du 3 au 7 janvier 2022. Ce préavis "sera renouvelé tout au long du mois de janvier", précise le syndicat sur son site Internet. Dans son préavis, déposé le 28 décembre, le Snes-FSU s'inquiète des mesures jugées "insuffisantes" prises par le gouvernement pour lutter contre la cinquième vague du Covid-19. "L’absence d’annonces gouvernementales pour les collèges et les lycées en pleine cinquième vague, avec un variant qui circule rapidement, est irresponsable", indique le syndicat.

Le protocole n'est "pas à la hauteur"

"Le protocole sanitaire n'est pas à la hauteur de la gravité de la situation", dénonce Sophie Vénétitay, secrétaire générale du syndicat Snes-FSU. "Nous souhaitons des avancées extrêmement concrètes, a expliqué Sophie Vénétitay, à commencer par le fait que tous les adultes des collèges et des lycées soient équipés en masques chirurgicaux ou en masques FFP2." La syndicaliste demande également "une vraie politique de tests dans les collèges et les lycées", ainsi que l'équipement en capteurs de CO2 en nombre :

"Dans les rares collèges et lycées où il y a des capteurs de CO2, il y en a un seul pour tout l'établissement alors que vous avez quarante ou cinquante salles de classe."

Sophie Vénétitay, secrétaire générale du Snes-FSU

à franceinfo

Le Snes-FSU ne réclame pas la fermeture des écoles, mais "des mesures de protection et de prévention pour protéger au mieux élèves et personnels". Il constate que "le ministre se garde bien de prendre de telles mesures et répond systématiquement ‘École ouverte’ à presque toutes les interpellations". Selon le syndicat, l’"école ouverte", défendue depuis des mois par Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale, "ne sert en réalité qu’à masquer la vacuité de la politique sanitaire en milieu scolaire de ce gouvernement".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.