Rassemblements restreints, écoles et lieux culturels fermés : on fait le point sur les nouvelles mesures prises pour endiguer l'épidémie de coronavirus

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé vendredi une "limite aux rassemblements de 100" personnes, contre 1 000 précédemment. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Un rayon en rupture de stock dans un supermarché de Montauban (Tarn-et-Garonne) à cause de l'épidémie de Covid-19, le 13 mars 2020.  (PATRICIA HUCHOT-BOISSIER / HANS LUCAS / AFP)

"Nous ne sommes qu'au début de l'épidémie, elle progresse, c'était attendu", a souligné vendredi 13 mars le ministre de la Santé Olivier Véran, dans son point quotidien sur le coronavirus Covid-19. Le dernier bilan a révélé près de 800 nouveaux cas avérés et 18 décès supplémentaires en 24 heures, illustrant l'accélération tant redoutée par les autorités. Au total, le nombre de malades contaminés en France depuis fin janvier s'élève à 3 661, contre 2 876 jeudi soir.

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie en direct

Franceinfo fait le point sur ce qu'il faut retenir concernant les dernières mesures prises en France, pour endiguer l'épidémie du nouveau coronavirus. 

Les rassemblements de plus de 100 personnes interdits

Dans la journée de vendredi, le Premier ministre a annoncé une "limite aux rassemblements de 100" personnes, contre 1 000 précédemment : "L'idée, c'est de faire en sorte que nous puissions ralentir la circulation du virus", a expliqué Edouard Philippe sur TF1.

>> VIDEO. Coronavirus : les rassemblements de plus de 100 personnes sont désormais interdits partout en France, annonce Edouard Philippe

L'interdiction concerne "tout rassemblement, réunion ou activité mettant en présence de manière simultanée plus de 100 personnes en milieu clos ou ouvert", précise le décret, une interdiction valable jusqu'au 15 avril. Les représentants de l'Etat peuvent par ailleurs interdire ou restreindre des rassemblements moins importants "lorsque les circonstances locales l'exigent".

"Cela veut dire des conséquences importantes pour les théâtres, les cinémas...", a souligné le Premier ministre. En revanche, il n'est pas question à ce stade de fermer les transports en commun.

La tour Eiffel et le Louvre fermés pendant une période indéterminée

Prenant acte de l'annonce du Premier ministre, le Louvre a immédiatement annoncé sa fermeture "jusqu'à nouvel ordre", tout comme Versailles, où seul le parc restera ouvert. Le Printemps de Bourges, qui avait rassemblé 200 000 festivaliers l'an dernier, a annulé sa prochaine édition.

>> Coronavirus : Château de Versailles, Tour Eiffel, Louvre, Centre Pompidou, Musée d'Orsay, Olympia, Châtelet, Théâtre des Champs-Elysées... des fermetures en cascade

La tour Eiffel et de nombreux musées et sites touristiques ferment également pour une période indéterminée, entraînant le report d'une riche programmation et d'expositions phare.

Restent en revanche ouverts différents parcs, comme l'immense parc du domaine de Versailles et le Jardin des Plantes ou encore le zoo de Vincennes, puisque les visiteurs n'y sont pas confinés.

Les assistantes maternelles pourront continuer à accueillir des enfants 

Les structures de garde qui accueillent moins de 10 enfants et les assistantes maternelles qui exercent à domicile vont pouvoir poursuivre leur activité, a déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran. 

"Les structures qui accueillent moins de 10 enfants doivent être maintenues, c'est le cas des micro-crèches, elles restent donc ouvertes, et c'est bien sûr le cas des assistantes maternelles qui peuvent ainsi maintenir leur activité", a précisé le ministre.

Incertitudes sur le retour à l'école 

Les écoles et universités sont fermées à compter de lundi, mais pour combien de temps ? "On imagine bien que ça va nous emmener presque nécessairement jusqu'aux vacances du printemps", a indiqué le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, sur France 2 vendredi soir.

"J'espère que l'évolution de la maladie nous permettra ensuite d'avoir un retour à la normale après les vacances de printemps mais je ne peux pas en être sûr, bien entendu", a-t-il ajouté. Le ministre ajoute qu'il adresse un message tous les trois jours à "la communauté éducative".

Les championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 suspendus 

Réunie vendredi en Conseil d'administration exceptionnel, la Ligue de football professionnel (LFP) a prononcé la suspension immédiate de la Ligue 1 et de la Ligue 2 "jusqu'à nouvel ordre", à la place du huis clos total instauré jusque-là jusqu'au 15 avril. Conséquence à court terme : l'intégralité des matchs du week-end, et notamment Lyon-Reims initialement prévu vendredi soir, sont reportés.

Le calendrier pourrait se clarifier mardi, jour choisi par l'UEFA pour réunir toutes ses fédérations membres en visioconférence et décider du sort de ses compétitions européennes, Ligue des champions et Euro en tête.

Un report d'un an de l'Euro-2020 (12 juin-12 juillet), pris au sérieux par l'UEFA selon plusieurs sources proches des instances, permettrait la reprogrammation des championnats nationaux en mai, juin, voire juillet.

De nouveaux produits hydroalcooliques autorisés, de nouveaux masques réquisitionnés

Un arrêté du ministère de la Santé, publié samedi au Journal officiel, a autorisé la commercialisation de plusieurs produits hydroalcooliques, en plus de ceux déjà autorisés. Comme le précise ce texte, il s'agit de "prévenir les risques de pénurie de produits hydroalcooliques".

Un autre décret du Premier ministre a étendu la réquisition des masques de protection respiratoire autres que les FFP2, à d'autres types de masques (correspondant à d'autres classifications sanitaires) : il s'agit des masques de type FFP3, N95, N99, N100, P95, P99, P100, R95, R99, R100. Une façon de garantir leur disponibilité pour les professionnels de santé et les malades.

Un conseiller coronavirus au ministère de la Santé

Un autre décret publié samedi au Journal officiel autorise le ministère de la Santé à déroger à la règle qui limite à 10 membres la taille des cabinets ministériels. Il s'agit de permettre la nomination d'un conseiller supplémentaire spécifiquement en charge de l'épidémie de coronavirus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.