Protection des salariés en temps de coronavirus : Bruno Le Maire souhaite "un guide de bonnes pratiques [...] le plus rapidement possible"

Dialoguer dans les entreprises pour trouver la bonne organisation est "du temps bien employé", encourage aussi le ministre de l'Économie.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Bruno Le Maire, invité de France Inter le 9 mars 2020. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)

"Nous souhaitons qu'il y ait un guide de bonnes pratiques qui soit adopté par les partenaires sociaux le plus rapidement possible et qui serve de référence pour chaque chef d'entreprise", a déclaré Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, jeudi 19 mars sur France Inter, au sujet de la protection des salariés en pleine épidémie de coronavirus Covid-19.

>> Suivez les dernières informations sur le Covid-19 en direct

Bruno Le Maire a affirmé avoir eu "des remontées" concernant des entreprises qui ne respecteraient pas les règles de sécurité sanitaire. "Je pense que c'est normal qu'il y ait un temps de calage, mais ce temps doit être le plus bref possible", a-t-il souligné. "Je préfère que chacun dans son entreprise, dans son usine, dans son magasin, prenne le temps nécessaire pour dialoguer avec les salariés. S'il faut une demi-journée ou une journée entière pour dialoguer avec les salariés et voir comment est-ce qu'on organise le travail au sein de l'entreprise, au sein de l'usine, ce sera du temps bien employé", a estimé le ministre de l’Économie.

La "protection" des salariés, une "urgence absolue"

Alors que des salariés dans plusieurs secteurs exercent leur droit de retrait, notamment à La Poste, Bruno Le Maire a rappelé que "la protection" des salariés et que la "garantie de la sécurité sanitaire" étaient "une urgence absolue". "J'ai eu hier au téléphone le président de La Poste, Philippe Wahl, je lui ai demandé de veiller à ce que les postiers aient toutes les garanties de sécurité sanitaire qui soient mises à leur disposition parce que c'est vital", a affirmé le ministre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.