Prime pour les fonctionnaires en première ligne et aides aux plus démunis : ce qu'il faut retenir des principales mesures du "plan d'urgence" contre le coronavirus

Le gouvernement a réévalué son plan de crise à plus de 110 milliards d'euros pour permettre aux agents de l'Etat et aux plus modestes de faire face aux difficultés économiques rencontrées par le pays.

Le ministre de l\'Economie, Bruno Le Maire, le Premier ministre, Edouard Philippe, et le ministre de l\'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, à Paris, le 19 mars 2020.
Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, le Premier ministre, Edouard Philippe, et le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, à Paris, le 19 mars 2020. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"La crise sanitaire sans précédent exige des réponses à la hauteur du choc que nous subissons." Le gouvernement a détaillé, mercredi 15 avril, les mesures de son "plan d'urgence" pour faire face à la pandémie de coronavirus et à ses conséquences économiques et sociales. Un plan qui répond aux prévisions, dévoilées il y a moins d'une semaine par Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, historiquement mauvaises pour l'économie française avec la prédiction d'une contraction du PIB de 6% en 2020.

>> Pandémie de coronavirus : suivez notre direct

Face à ces perspectives, le plan d'urgence a une nouvelle fois été réévalué, à plus de 110 milliards d'euros, avec notamment une augmentation du budget consacré au chômage partiel, estimé à 24 milliards d'euros contre 20 milliards précédemment. Franceinfo fait le point.

Une prime de 500 à 1 500 euros pour les personnels de santé

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé le versement d'une prime de 1 500 euros pour tous les personnels des services de santé qui gèrent la crise du Covid-19 dans les départements les plus touchés et des services ayant accueilli des patients Covid-19 dans les départements les moins touchés. Cette prime sera "exempte de tout prélèvement fiscal ou social, nette de tout", a précisé le Premier ministre. Les personnels administratifs concernés ou les soignants dans les départements les moins exposés recevront 500 euros.

En outre, tous recevront une majoration de 50% de leurs heures supplémentaires, ce qui représente en moyenne plus de 600 euros par agent, également sans impôts ni charges, a ensuite souligné le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Une prime de 1 000 euros pour d'autres fonctionnaires

D'autres fonctionnaires parmi lesquels les policiers qui poursuivent leur mission de service public malgré le confinement, recevront une prime jusqu'à 1 000 euros, avait annoncé plus tôt dans la journée le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin.

Selon l'entourage du ministre, au moins 400 000 agents de la fonction publique seront concernés par cette prime qui sera versée à la fin de l'état d'urgence sanitaire, par exemple aux enseignants ayant gardé les enfants de soignants, aux surveillants pénitentiaires ou encore aux douaniers qui réalisent des contrôles.

Une prime de 150 euros pour les ménages les plus démunis

Pour aider les ménages les plus démunis, le gouvernement a annoncé une prime de 150 euros pour ceux touchant le revenu de solidarité active (RSA) ou l'allocation de solidarité spécifique (ASS), dès le 15 mai. Cent euros supplémentaires seront alloués par enfant. Les familles bénéficiaires des allocations au logement, mais ne touchant pas forcément le RSA ou l'ASS, bénéficieront aussi de cette prime de 100 euros par enfant.

Ces familles "doivent faire face à des dépenses supplémentaires pour les repas, leurs dépenses énergétiques augmentent, de nouvelles charges (...) qui peuvent les mettre dans des situations dramatiques", a déclaré le Premier ministre.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Infographies. Plus de 15 000 morts, le nombre de malades en soins intensifs en baisse... Découvrez l'évolution de l'épidémie en France en quatre cartes animées

• Eclairage. Pourquoi les écoles et les crèches pourraient rouvrir dès le 11 mai ?

• Synthèse. Montant des aides, stratégie de "déconfinement", distribution des masques... Les questions qui restent en suspens après l'allocution de Macron

• Témoignages. "Ça les aide à prendre du recul" : des psychologues vont au-devant des soignants pour qu'ils se confient