Piscines : une demande boostée par les changements climatiques et la crise sanitaire

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Piscines : une demande boostée par les changements climatiques et la crise sanitaire
FRANCE 2
Article rédigé par
N. Naayeem, D. Grousson, C. Lepoitevin, L. Sage - France 2
France Télévisions

Avec des étés de plus en plus chauds, auxquels s'est ajoutée la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19, les piscinistes enregistrent une demande de construction en hausse. Et pour certains, la tendance va s'imposer dans la durée.

C'est une des conséquences méconnues de l'épidémie de Covid-19. Le confinement a fait exploser la demande de construction de piscines privées. D'autant plus que l'été s'annonce caniculaire, avec des températures déjà élevées. Dans la Loire, Olivier Richard s'est, lui aussi, offert "un rêve de gosse". "On sort d'un appartement confiné, on s'achète une maison avec un extérieur, alors on s'est dit qu'on allait faire la piscine en même temps", explique le propriétaire. Il a alors déboursé 30 000 euros pour une piscine tout équipée, autant pour l'aménagement des abords, et il lui faudra attendre trois à quatre mois entre le premier coup de pelle et le premier plongeon.

Une tendance de fond

Les clients sont nombreux à avoir cassé leur tirelire, comme en atteste un pisciniste qui a signé 40% de contrats en plus en 2020 et début 2021. Un succès porté par la crise sanitaire. "Les gens ont eu du temps pour penser à leur projet, et se sont indéniablement recentrés sur la famille proche, le bien-être à la maison, avec une piscine qui est devenue un bien accessible", précise David Gaillard, concessionnaire pisciniste. Un fabricant de piscines profite lui aussi de l'engouement. Entre 10 et 12 millions d'euros seront investis dans l'année pour augmenter les cadences. Le patron estime être sur une tendance de fond, boostée par les changements climatiques et la crise du Covid-19.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.