Vidéo Covid-19 : avec le pass sanitaire, le gouvernement "braque les Français", estime la socialiste Valérie Rabault

Publié
Article rédigé par
Radio France

La présidente du groupe Socialistes & apparentés à l’Assemblée nationale prône la vaccination obligatoire pour tous, une "règle claire".

Avec le pass sanitaire, le gouvernement "braque les Français", estime mardi 3 août sur France Inter Valérie Rabault, députée PS et présidente du groupe Socialistes & apparentés à l’Assemblée nationale. Elle prône la "vaccination obligatoire pour tous les adultes en laissant un laps de temps sur l'été ".

>> INFOGRAPHIES. Covid-19 en France : fractures géographiques, disparités sociales… Visualisez les inégalités de la campagne de vaccination

Valérie Rabault se félicite que le président de la Fédération hospitalière de France ait appelé lundi à instaurer la vaccination obligatoire, une "règle claire" pour tous, selon la députée. Elle rappelle que les groupes socialistes au Sénat et à l'Assemblée ont fait cette proposition il y a 15 jours. "Nous sommes les seuls à avoir formulé cette proposition d'avoir une vaccination obligatoire pour tous les adultes et qu'elle puisse se faire de manière organisée et concertée". Cela pourrait passer par les caisses d'assurance maladie qui appelleraient "celles et ceux qui ne sont pas encore vaccinés, qui ont plus de 50 ans, puis entre 40 et 50, etc". L'élue espère que cette mesure permettra d'atteindre 90 % de population vaccinée, "ce qui permettra d'avoir une immunité pour l'ensemble des habitants".

La députée socialiste affirme que "le pass sanitaire n'était pas la bonne façon de faire puisqu'il oppose les Français entre eux et les divise, alors qu'il n'y a pas de règles claires", contrairement à la règle de la vaccination obligatoire. "Ce qu'a proposé le gouvernement ne fonctionne pas et surtout braque les Français entre eux", d'après elle.

Une "convergence des oppositions" dans les manifs anti-pass

Valérie Rabault voit dans les 200 000 anti-pass sanitaires "une forme de convergence des oppositions", entre "ceux qui sont contre le vaccin, ceux qui sont vaccinés mais qui sont contre le pass et ceux qui sont dans une phase de vaccination qui n'est pas achevée et qui sont bloqués par le pass".

La méfiance de certains Français vis-à-vis du vaccin contre le Covid-19 la "chagrine beaucoup". "On est en train de payer une forme un peu de déclassement scientifique dans notre pays et alors même que cette croyance dans le progrès a toujours été le moteur de notre démocratie depuis la Révolution française", poursuit la députée du Tarn-et-Garonne. Elle estime qu'il "ne faut pas avoir une foi aveugle dans la science, mais il faut avoir cette capacité de raisonner, et dans le fond d'avoir une forme de foi dans le progrès".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.